Pas­sage de té­moin à la tête du vi­gnoble Veuve Clic­quot

De­puis quelques se­maines, Ro­main Le Guillou est à la tête du vi­gnoble de la mai­son Veuve Clic­quot. Il a suc­cé­dé à Ch­ris­tian Re­nard. Les deux hommes ont pas­sé plu­sieurs mois en­semble afin d’as­su­rer une trans­mis­sion du sa­voir.

Bulles & Millesimes - - SOMMANAIRE - Par Ma­thieu Co­ty

Ch­ris­tian Re­nard res­te­ra comme un per­son­nage du vi­gnoble cham­pe­nois. Ar­ri­vé en mars 1978 au sein du ser­vice vi­gnoble de la mai­son Veuve Clic­quot, il en a pas­sé la di­rec­tion en dé­cembre der­nier à son suc­ces­seur, Ro­main le Guillou. « J’ai eu une chance folle dans ma vie. Je n’ai usé qu’un timbre pour trou­ver du bou­lot et faire toute ma car­rière » ex­plique l’homme à la barbe blanche et au ca­rac­tère bien trem­pé. Et d’ajou­ter : « mais à un mo­ment ou un au­tr e, après

40 ven­danges, il faut bien sa­voir lais­ser la place. » Après 39 ans de bons et loyaux ser­vices, le cadre a dé­ci­dé de prendre du re­cul avec le monde des ac­tifs et d’al­ler jouir d’une re­traite bien mé­ri­tée dans San­cer­rois où il a des ra­cines fa­mi­liales. C’est donc dé­sor­mais à Ro­main Le Guillou, in­gé­nieur agro­nome et oe­no­logue, qu’in­combe la res­pon­sa­bi­li­té de ce ser­vice. Il a in­té­gré la mai­son ré­moise il y a six ans en qua­li­té de res­pon­sable dé­ve­lop­pe­ment du­rable et cer­ti­fi­ca­tion. « Au dé­part, rien n’était écrit. Au fur et à me­sure, il a fait mon­ter son poste en puis­sance. Puis au mo­ment de trou­ver un suc­ces­seur, son nom est ve­nu as­sez na­tu­rel­le­ment » ex­plique en­core Ch­ris­tian Re­nard.

Le nou­veau di­rec­teur du vi­gnoble a suc­cé­dé à une grande per­son­na­li­té cham­pe­noise Cette trans­mis­sion du sa­voir est très im­por­tante

Se for­ger sa propre image

Au dé­but de l’an­née 2015, Ro­main Le Guillou a donc été dé­si­gné. Et le tra­vail de pas­sage de té­moin a du­ré 24 mois. « Nous n’avons ja­mais fait une réunion pour nous dire comment nous al­lions par­ta­ger les dos­siers. Non. Tout s’est fait na­tu­rel­le­ment en c on­ser­vant le point quo­ti­dien que nous avions au pr éa­lable » af­firme le néo re­trai­té. Le nou­veau chef de ser­vice a lui vou­lu gar­der une trace de ses mul­tiples échanges avec son pré­dé­ces­seur. Alors, il a en­re­gis­tré de nom­breuses conver­sa­tions por­tant sur l’his­toire du vi­gnoble. « Il m’a sem­blé es sen­tiel de pré­ser­ver cette ex­pé­rience. Cette trans­mis­sion du sa­voir est très im­por­tante, no­tam­ment dans le cadre des dis­cus­sions que nous av ons avec l’en­semble des par­te­naires. L’ex­pé­rience trans­mise par Ch­ris­tian me per­met d’ac­com­pa­gner plus fa­ci­le­ment le tra­vail sur le ter­rain. » Le nou­veau di­rec­teur du vi­gnoble a suc­cé­dé à une grande per­son­na­li­té cham­pe­noise. Mais il as­sume et ne se fait pas

d’illu­sions sur le re­gard por­té sur lui. « C’est dif­fi­ci­lede pas­ser après un homme comme lui mais il a tout fait pour que ce­la se passe bien. Je sens bien que l es in­ter­lo­cu­teurs me testent pour sa­voir comment je me plac e et je dois désor - mais me for­ger ma propre image. La ges­tion de l’hu­main est très im­por­tante dans ce type de si­tua­tion… » À dis­cu­ter avec les deux hommes, on sent bien que le res­pect est tou­jours de mise. Lorsque Ch­ris­tian Re­nard passe en­core dans les bu­reaux de Ver­zy pour ré­cu­pé­rer quelques dos­siers, ils échangent lon­gue­ment. Mais, signe de ce res­pect mu­tuel, ils pré­fèrent au­jourd’hui en­core se vou­voyer…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.