Rui­nart En blanc et en rosé, mais avec du char­don­nay

Bulles & Millesimes - - SÉLECTIONDESNOUVELLESCUVÉES - Par Ro­ger Pour­teau

La double cu­vée de pres­tige de la doyenne des mai­sons de Cham­pagne ne sort que par­ci­mo­nieu­se­ment de ses ver­ti­gi­neuses crayères his­to­riques. 24 fois en un peu moins d’un de­mi-siècle pour le Blanc et à 19 re­prises en près de 40 ans pour le rosé. Ne par­lons pas de la longue at­tente du moine Dom Thier­ry Rui­nart, l’oncle de Ni­co­las, le fon­da­teur de la marque (en 1729), qui, lui, au­ra dû pa­tien­ter pen­dant près de 250 ans avant de voir son nom honoré sur les éti­quettes de ces cu­vées ex­cep­tion­nelles.

C’est dire si le lan­ce­ment si­mul­ta­né de deux nou­veaux millésimes consti­tue tou­jours un évè­ne­ment dans la vieille mai­son ré­moise où se sont suc­cé­dé plus d’une di­zaine de gé­né­ra­tions de la fa­mille Rui­nart de Bri­mont. Dans le groupe LVMH de­puis 1963, la marque pré­si­dée par Fré­dé­ric Du­four oc­cupe une place pré­pon­dé­rante sur le mar­ché fran­çais. Où l’on a ra­pi­de­ment adop­té le fa­meux « goût Rui­nart » ins­pi­ré par le cé­page char­don­nay qui oc­cupe une place de choix dans la de­mi dou­zaine de cu­vées de la gamme (entre 40 et 100%).

Fré­dé­ric Pa­naïo­tis, le dy­na­mique chef de caves et au­da­cieux pra­ti­quant de la plon­gée en apnée, a par­fai­te­ment in­té­gré à son ré­per­toire la dé­sor­mais cé­lèbre « do­mi­nante char­don­nay ». Il dis­pose, pour son tra­vail d’ar­tiste, de plus de 70 crus dont une sé­lec­tion de Grands Crus qui entrent dans l’as­sem­blage de la ver­sion blanche du « Dom Rui­nart », l’une des rares cu­vées de pres­tige à s’af­fi­cher en Blanc de Blancs de­puis sa créa­tion.

Le mil­lé­sime 2006 ne dé­roge pas à la règle qui doit sa cou­leur jaune à re­flets vert pâle et ar­gen­tés et ses arômes pam­ple­mousse-ci­tron en­ri­chis de notes flo­rales et de fruits à noyaux, au ma­riage de 63% de rai­sins de la Côte des Blancs et 37% du ver­sant nord de la Mon­tagne de Reims. Heu­reux chef de caves qui vient de dé­ni­cher chez un col­lec­tion­neur amé­ri­cain un rare exem­plaire du mil­lé­sime 1959, le pre­mier des « Dom Rui­nart » qui ne se­ra com­mer­cia­li­sé que sept ans plus tard.

Quant à la ver­sion Rosé, qui bas­cule du 2002 au 2004, sa com­po­si­tion est un cas unique en son genre puis­qu’elle est is­sue de 81% de char­don­nay Grands Crus, sa cou­leur à re­flets cui­vrés étant four­nie par 19% de pi­not noir vi­ni­fié en rouge en pro­ve­nance du seul vil­lage de Sille­ry où rai­sins rouges et blancs sont co­tés à 100%. Les arômes de pe­tits fruits rouges (fram­boise, gro­seille, fraise des bois) em­baument cette cu­vée pas comme les autres que le chef de caves qua­li­fie de « blanc de blancs rosé ».

Rue des Crayères, on at­tri­bue vo­lon­tiers à Rui­nart la pa­ter­ni­té des pre­miers ro­sés de cham­pagne en se ré­fé­rant aux pre­miers livres de comptes ou­verts en 1729 « Au nom de Dieu et

de la Sainte Vierge » . Dans ces pré­cieuses archives, il existe,

dit-on, de « très an­ciennes men­tions de ces pre­mières ex­pé­di­tions de ro­sés » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.