Culture phy­sique : faire le bon choix

Côté Quimper - - SANTÉ, BIEN-ÊTRE -

To­ni­ci­té, fer­me­té, galbe sta­ture main­tiennent force, élé­gance et sou­plesse. Com­ment ne pas dire oui à un tel pro­gramme ? Luxe su­prême, et con­trai­re­ment aux idées re­çues, la culture phy­sique offre la pos­si­bi­li­té de perdre du tis­su adi­peux. D’une fa­çon gé­né­rale, le poids va­rie avec l’âge. On est plus ou moins stable de 20 à 30 ans, puis on a ten­dance à prendre du poids jus­qu’à la cin­quan­taine, puis à re­mai­grir pro­gres­si­ve­ment. Le mé­ta­bo­lisme de base – quan­ti­té de cha­leur ex­pri­mée en ca­lo­rie pro­duite par le corps hu­main, par heure et par mètre car­ré de sur­face du corps au re­pos – di­mi­nue d’en­vi­ron 3 % tous les dix ans après 20 ans. Si l’on a une vie sé­den­taire, la perte du tis­su mus­cu­laire s’élève à 0,44 % par an. Ce­la si­gni­fie que sans ac­ti­vi­té phy­sique entre 20 et 70 ans, la perte de la masse mus­cu­laire de base s’élève à 25 %. C’est un réel pro­blème, d’au­tant plus que, sou­vent, l’im­pact grais­seux aug­mente. Il est donc in­dis­pen­sable d’avoir re­cours à la culture phy­sique qui, su­per­vi­sée par des pro­fes­sion­nels, per­met de se sen­tir mieux et pro­tège votre or­ga­nisme des ef­fets dé­vas­ta­teurs de la sé­den­ta­ri­té.

Yann Le Clec’h, Cô­té Corps, 16 rue de Brest. Tél. : 02 98 95 01 10.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.