Des étu­diants té­moignent

Lo­ge­ment, trans­ports, loi­sirs… Com­ment les étu­diants de Rouen gèrent-ils leur bud­get ? A l’ap­proche de la ren­trée, des étu­diants té­moignent.

Côté Rouen - - La Une -

Loyer, ali­men­ta­tion, trans­ports, loi­sirs… Les sec­teurs de dé­penses des étu­diants sont vastes, alors que ces der­niers ne sont pas en­core in­sé­rés dans la vie ac­tive. Une ren­trée com­pli­quée pour les étu­diants, se­lon l’UNEF (Union na­tio­nale des étu­diants de France), qui vient de pu­blier une en­quête sur le coût de la vie étu­diante en 2017. Et son bi­lan n’est pas ré­jouis­sant pour les étu­diants. Le coût de la vie pour un étudiant aug­mente de 2,09 % à la ren­trée 2017, tan­dis que 72,8 % d’entre eux ne peuvent ob­te­nir une bourse uni­ver­si­taire. Concer­nant la Nor­man­die, l’Unef pointe une aug­men­ta­tion des loyers, à Rouen. En par­tant des loyers men­suels de 400 euros en 2016, un bond de 3,65 % de­vrait être ob­ser­vé en 2017, soit 414 euros en moyenne. Des étu­diants ont été in­ter­ro­gés par Nor­man­die-ac­tu (ar­ticle com­plet à re­trou­ver sur www.ac­tu.fr/nor­man­die) : neuf jeunes filles et quatre jeunes hommes, âgés de 18 à 29 ans. La plus jeune dé­bute sa première an­née de mé­de­cine, la plus âgée en­tame sa deuxième an­née de Mas­ter In­gé­nie­rie et Con­seil en For­ma­tion. Concer­nant les par­cours de ces étu­diants, ils sont va­riés. Sta­cy est à l’Ins­ti­tut na­tio­nal des Sciences Ap­pli­quées (INSA), Pierre est en Mas­ter Ma­na­ge­ment à l’Ins­ti­tut d’Ad­mi­nis­tra­tion des En­tre­prises (IAE), Jes­si­ca est en deuxième an­née de Li­cence en Langues Ap­pli­quées Étran­gères (LEA)….

Des res­sen­tis va­riés

Cer­tains étu­diants se sont mon­trés pré­oc­cu­pés par leur si­tua­tion. C’est le cas de Mor­gane, 21 ans. « Concer­nant mon bud­get, je suis vrai­ment à l’étroit puisque ma bourse ne per­met même pas de cou­vrir la nour­ri­ture et le trans­port. Si je veux sor­tir, il faut que je pioche dans ma ca­gnotte. Et heu­reu­se­ment que je ne paye pas moi-même le loyer, si­non je se­rais pro­ba­ble­ment à la rue… Une in­quié­tude que par­tage Au­rore, 24 ans. « Ça ira mieux à la ren­trée [elle de­vient pro­fes­seure sta­giaire, ndlr], mais les autres an­nées, c’était com­pli­qué. J’étais par­fois dans la ga­lère, en fin de mois. » Pour Dia­na, 29 ans, les sou­cis sont d’une autre am­pleur. « Je vis avec mon com­pa­gnon et nous avons un en­fant en bas âge. Alors que j’étu­die bel et bien à l’uni­ver­si­té, je n’ai pas le sta­tut d’étu­diante. Du coup, je ne per­çois au­cune bourse. C’est une si­tua­tion in­stable. » Une ques­tion de sta­tuts qui gêne éga­le­ment Ay­me­ric, 20 ans. « Les fins de mois sont dif­fi­ciles. Dans la me­sure où je ne suis ni bour­sier, ni sa­la­rié mais as­so­cia­tif étudiant, je suis tout aus­si oc­cu­pé qu’un sa­la­rié, sans for­cé­ment avoir le re­ve­nu adé­quat. Ce­pen­dant, tout le monde ne vit pas dif­fi­ci­le­ment ses fins de mois, comme peut l’at­tes­ter Jes­si­ca, 21 ans. « À la fin du mois, je suis gé­né­ra­le­ment dans les clous, sa­chant que j’es­saye de me faire plai­sir quand même, mais avec mo­dé­ra­tion. » À en croire Has­si­na, 20 ans, tout n’est qu’une ques­tion d’équi­libre. « J’es­saie de ne pas trop dé­pen­ser, mais je ne me prive pas non plus… Il y a des jours où l’on se fait plai­sir, et des jours où l’on se re­tient. » Elise, 19 ans, est consciente du ni­veau de vie que ses pa­rents lui four­nissent. « Je n’ai pas tel­le­ment à me sou­cier de ma si­tua­tion fi­nan­cière, car ce sont en ma­jo­ri­té mes pa­rents qui as­surent ce cô­té. J’ai la chance d’avoir des pa­rents qui, fi­nan­ciè­re­ment, peuvent m’as­su­rer un tel cadre d’études. »

Com­ment les étu­diants de Rouen gèrent-ils leur bud­get ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.