Fraî­cheur et style en Ita­lie

En­tou­rée de ver­dure, cette mai­son de cam­pagne mo­derne près de Pe­sa­ro, dans la ré­gion des Marches, a su res­ter sobre et d’une élé­gance rus­tique. Un havre de paix où il fait bon se res­sour­cer.

Campagne Décoration - - SOMMAIRE - Texte : Mar­zia Ni­co­li­ni - Tra­duc­tion : As­trid Stef­fan Pho­tos : He­le­nio Bar­bet­ta/Li­ving In­side

No­vel­la Ba­ron­cia­ni et Ar­tu­ro Par­di re­cher­chaient un lieu à mi-che­min entre la mer et les col­lines. Ver­doyant et frais, à l’écart, sans être trop iso­lé. Ces deux avo­cats avaient en­vie d’un re­fuge tran­quille, confor­table et so­phis­ti­qué, loin de l’agi­ta­tion de leur quo­ti­dien stres­sant. En­fin, après de longues re­cherches, la perle rare. En­tou­rée de ver­dure, de na­ture et de si­lence, leur mai­son est un es­pace où l’on se sent tou­jours le bien­ve­nu. Un re­fuge pour le couple et leur fils de 19 ans, Al­do, sans ou­blier leur cher te­ckel pré­nom­mé Os­car, qui semble tout par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­cier les vastes prai­ries alen­tour. Juste à cô­té de la ville de Pe­sa­ro, en Ita­lie cen­trale, cette an­cienne ferme a été en­tiè­re­ment ré­no­vée il y a quelques an­nées. Les ar­chi­tectes d’in­té­rieur, Raf­fael­la Mo­ro­ni et Ste­fa­no Pom­puc­ci, ont pré­ser­vé au maxi­mum la struc­ture et l’as­pect d’ori­gine. Ré­sul­tat ? Une ré­si­dence de cam­pagne spa­cieuse et agréable, qui ré­in­ter­prète le style rus­tique de la ré­gion de fa­çon mo­derne et élé­gante, sans être trop vé­tuste, ni trop froid. En un mot : par­fait. Du moins, pour ses pro­prié­taires. Car dès le dé­part, la mai­son a été énor­mé­ment uti­li­sée et ai­mée. No­vel­la et Ar­tu­ro adorent y pas­ser leurs va­cances d’été pour pro­fi­ter de la ma­gni­fique pis­cine rec­tan­gu­laire entre les arbres, s’of­frir de longues séances de lec­ture au calme, ins­tal­lés dans l’herbe, et ac­cueillir leurs amis pour les fêtes de fin d’an­née. La beau­té du pro­jet ? L’at­mo­sphère in­at­ten­due de l’in­té­rieur, qui mêle ins­pi­ra­tions scan­di­nave et ita­lienne, ma­tières brutes et raf­fi­nées, mo­bi­lier de de­si­gner et ob­jets de fa­mille, an­cien et contem­po­rain. Des contraires qui semblent ici co­ha­bi­ter sans se heur­ter, dans un équi­libre idéal. La plu­part des meubles datent des an­nées 1950 et 60, avec çà et là quelques ob­jets de style in­dus­triel, des oeuvres d’art ori­gi­nales et gra­phiques si­gnées entre autres par Ro­ber­to Crip­pa, Edo­rar­do Man­nuc­ci, Marina Apol­lo­nio et Nan­da Vi­go, quelques-uns des ar­tistes pré­fé­rés des pro­prié­taires. Les plan­chers en bois et en ré­sine sont ré­chauf­fés par de ma­gni­fiques ta­pis ber­bères, rap­por­tés de voyage par No­vel­la et Ar­tu­ro. La mai­son, d’une sur­face de 300 m2, s’étale sur plu­sieurs ni­veaux en ter­rasse, qui suivent na­tu­rel­le­ment la pente de la col­line. Au rez-de-chaus­sée, un double sé­jour est di­vi­sé en deux es­paces de dé­tente. À cô­té, une vé­ran­da de verre et d’acier Cor­ten sert de jar­din d’hiver, en lien étroit avec la na­ture. À tra­vers la vitre tein­tée, on a l’im­pres­sion de pou­voir ca­res­ser de la main les buis­sons par­fu­més du jar­din. L’in­té­rieur est riche en dé­tails raf­fi­nés, du mo­bi­lier da­nois vin­tage en teck à la table basse Finn Juhl et à la bi­blio­thèque si­gnée Poul Ca­do­vius. Dans la grande che­mi­née, le feu cré­pite même les fraîches soi­rées d’été, créant im­mé­dia­te­ment une at­mo­sphère in­time. Au-des­sus, une oeuvre en plexi­glas réa­li­sée en 1970 par Ro­ber­to Crip­pa at­tire le re­gard. De l’autre cô­té de la pièce, un bu­reau en acier et en verre et une icône du de­si­gn ita­lien, le fau­teuil Me­dea, si­gné par Vit­to­rio No­bi­li pour Ta­glia­bue.

À l’étage, la cui­sine se dé­voile dans des tons blancs et crème, avec ses car­reaux de cé­ra­mique dé­co­rés à la main et son pla­fond strié de poutres im­po­santes. Quelques ta­bleaux ju­di­cieu­se­ment pla­cés donnent de la per­son­na­li­té à la pièce. Les es­paces, ou­verts et fluides, se tra­versent li­bre­ment, dans cet in­té­rieur flexible et chic. La vraie star de la salle à man­ger est une grande table en bois si­gnée par le de­si­gner néer­lan­dais Piet Hein Eek, en­tou­rée de chaises en ro­tin et sur­plom­bée d’un ma­jes­tueux lustre du dé­but du XXe siècle. Le mur a été peint par l’ar­tiste Ro­ber­to Ren­zi à l’aide de vieux rou­leaux. À l’étage du des­sus, la chambre prin­ci­pale res­pire un es­prit contem­po­rain avec une li­tho­gra­phie d’Emi­lio Sca­na­vi­no au mur et un ta­pis ma­ro­cain pré­cieux sur le par­quet. À cô­té, une salle de bains blanche cé­lèbre la dé­tente avec son élé­gance mi­ni­ma­liste. La douche spa­cieuse se trans­forme en mi­ni-spa. La pièce est bai­gnée de lu­mière par une fe­nêtre don­nant sur le jar­din : le re­gard se perd dans les prai­ries, les fleurs sau­vages et les oli­viers cen­te­naires. Car cet es­pace, dans le­quel foi­sonne une vé­gé­ta­tion lo­cale, est une ode à la spon­ta­néi­té. Une li­ber­té to­tale règne dans ce coin de ver­dure ma­gique. Quand il fait beau, on peut bron­zer al­lon­gé sur la ter­rasse en bois, face aux col­lines, ou as­sis sur les chaises longues, avant d’al­ler pi­quer une tête dans la pis­cine. Et quand il faut trop chaud, il suf­fit de se re­ti­rer à l’in­té­rieur de la mai­son. Construite en ma­tières tra­di­tion­nelles et lo­cales, elle re­tient par­fai­te­ment la fraî­cheur. Au fi­nal, cette mai­son réus­sit à faire com­mu­ni­quer l’an­cien et le mo­derne. Sans ja­mais for­cer l’al­lure. Tou­jours en res­pec­tant le pay­sage pai­sible et ses règles. Pour pou­voir ou­blier le monde ex­té­rieur, en toute quié­tude.

bien­ve­nue La mai­son a été res­tau­rée mais l’ar­chi­tec­ture rurale a été pré­ser­vée. La struc­ture en pierre conserve par­fai­te­ment la fraî­cheur l’été.

les Pro­prié­taires No­vel­la et Ar­tu­ro passent le plus clair de leur temps libre ici. Ils en­tre­tiennent eux-mêmes leur jar­din, don­nant la prio­ri­té à la vé­gé­ta­tion lo­cale.

au re­pos Une an­cienne porte en bois sé­pare le coin sa­lon du coin nuit. La chambre prin­ci­pale est calme et iso­lée. Ta­pis ber­bère au sol, lampe de che­vet vin­tage mer­veilleu­se­ment mo­derne d’as­pect.

Dans la salle de bains, la douche spa­cieuse in­vite à la re­laxa­tion. Sur la chaise vin­tage, draps de bain blancs. im­ma­cu­lée

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.