Les vraies cartes du Père Noël

Carto - - INSOLITO CARTO - F. Té­TaRT

D’abord fête païenne, Noël de­vient, avec l’avè­ne­ment du chris­tia­nisme en Eu­rope à par­tir du IVe siècle, la cé­lé­bra­tion de la nais­sance du Ch­rist. La tra­di­tion du Père Noël montre que cette fête fa­mi­liale conserve en­core de nos jours un caractère non re­li­gieux, mys­té­rieux et ma­gique. Se­lon cer­tains, elle est même de­ve­nue un sym­bole de la so­cié­té de consom­ma­tion.

Sa­viez-vous que Noël est pré­sent sur la carte du monde ? Plu­sieurs lieux de notre pla­nète dé­cou­verts par des Eu­ro­péens un 25 dé­cembre ont en ef­fet été bap­ti­sés en l’hon­neur de cette fête sainte. C’est le na­vi­ga­teur por­tu­gais Vas­co de Ga­ma (1469-1524) qui le pre­mier nomme un ter­ri­toire du nom de « Noël » (« Na­tal » en por­tu­gais), à la fin du XVe siècle. En route pour les Indes, l’ex­plo­ra­teur, après avoir pas­sé le cap de Bonne-Es­pé­rance, s’ar­rête le long des côtes de l’ac­tuelle Afrique du Sud, le soir de Noël 1497, et bap­tise alors ce lit­to­ral du nom de « Na­tal ». De l’autre cô­té de l’At­lan­tique, au Bré­sil, at­teint par ha­sard en mars 1500 par un autre Por­tu­gais, Pe­dro Al­vares Ca­bral (1467-1520), se trouve une ville du nom de Na­tal, fon­dée en 1597 sur la rive droite du fleuve Po­ten­gi. Dans l’océan In­dien, on trouve une île dé­nom­mée Ch­rist­mas. Si­tuée à 360 ki­lo­mètres au sud-ouest de l’île in­do­né­sienne de Ja­va, elle dé­pend ad­mi­nis­tra­ti­ve­ment de l’Aus­tra­lie de­puis 1958. C’est le ca­pi­taine William My­nors (ac­tif au mi­lieu du XVIIe siècle), de la Com­pa­gnie bri­tan­nique des Indes orien­tales, qui l’a bap­ti­sée ain­si lors­qu’il y ar­ri­va le 25 dé­cembre 1643. En­fin, dans le Pa­ci­fique sud, une se­conde île porte ce nom de Ch­rist­mas, de­ve­nue en langue ver­na­cu­laire « Ki­ri­ti­ma­ti » (pro­non­cé « Ke­ri­mas »). L’île fait par­tie de l’État in­su­laire de Ki­ri­ba­ti et doit son nom au na­vi­ga­teur an­glais James Cook (1728-1779), qui l’a dé­cou­verte la veille de Noël 1777. D’autres lieux dont le nom fait ré­fé­rence à Noël sont à re­cen­ser : Na­ti­vi­dade au Bré­sil, Ch­rist­mas Creek en Aus­tra­lie, Noel aux États-Unis (Mis­sou­ri). Ce der­nier fait par­tie du club res­treint des Ch­rist­mas Ci­ties, avec Ch­rist­mas dans le Mi­chi­gan, Beth­le­hem en Penn­syl­va­nie, North Pole en Alas­ka et San­ta Claus dans l’In­dia­na. Toutes sont of­fi­ciel­le­ment ha­bi­li­tées à obli­té­rer les cartes de Noël d’un tam­pon de sai­son. La poste du Père Noël n’es­telle donc pas si­tuée près de chez lui, à Ro­va­nie­mi, en Fin­lande ?

OÙ HA­BITE LE PÈRE NOËL ?

Avec la fi­gure du Père Noël opère la ma­gie de Noël, ain­si que le mys­tère sur ce vieil homme à la barbe blanche et à l’ha­bit rouge, qui ne se dé­place qu’à bord d’un traî­neau ti­ré par des rennes. Outre l’exis­tence de ce bon­homme, que per­sonne, en par­ti­cu­lier les en­fants, n’a en­vie de voir re­mise en cause, tout le monde sou­hai­te­rait sa­voir où il de­meure, lors­qu’il n’est pas dans le ciel le soir de Noël pour dis­tri­buer ses ca­deaux aux en­fants les plus sages. En gla­nant quelques in­for­ma­tions, on constate que le Père Noël a plu­sieurs adresses, dont le seul point com­mun est qu’elles se si­tuent dans le Grand Nord, à proxi­mi­té du pôle Nord. Se­lon une sé­rieuse carte du Monde pro­po­sée par Delphine Pa­pin, on lui at­tri­bue cinq lieux pos­sibles de ré­si­dence : au Ca­na­da, en Rus­sie, en Fin­lande, en Nor­vège et en Suède, en plus du pôle Nord, d’où il au­rait été ex­pul­sé (cf. carte 1) ! Et si la mai­son du Père Noël était un en­jeu géo­po­li­tique ? En tout cas, les Fin­lan­dais re­ven­diquent de­puis 1927 qu’il vit dans leur pays, puisque sur la ban­quise, ses rennes ne peuvent trou­ver de nour­ri­ture. Ce conten­tieux montre sur­tout que l’his­toire de l’ori­gine du Père Noël ne fait pas l’una­ni­mi­té.

La carte étant une re­pré­sen­ta­tion de l’es­pace, elle peut par consé­quent prendre des formes dif­fé­rentes se­lon l’ori­gine, la culture du car­to­graphe et le pays re­pré­sen­té. À l’oc­ca­sion des der­nières fêtes de Noël, voi­ci des cartes liées di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment au Père Noël.

La carte des noms du Père Noël se­lon les pays eu­ro­péens le sou­ligne par­fai­te­ment (cf. carte 2). Si l’on trouve son équi­valent dans les pays d’Eu­rope oc­ci­den­tale, on constate que dans le Sud et dans le Nord eu­ro­péen, les choses dif­fèrent. Dans les pays scan­di­naves, ce sont à l’ori­gine les lu­tins (Ju­le­nis­sen/ Jul­tom­ten) qui dis­tri­buent les ca­deaux, tan­dis qu’en Rus­sie ou dans les Bal­kans, c’est le Grand-Père de Glace. En Es­pagne, ce sont sur­tout les Rois mages qui ap­portent les ca­deaux, en Grèce Saint-Ba­sile, en Ita­lie Sainte-Lu­cie ou la Be­fa­na – une sor­cière dont le nom est dé­ri­vé d’épi­pha­nie –, le Père Noël étant un pro­duit im­por­té des États-Unis. Pour­tant, le San­ta Claus amé­ri­cain, sym­bole de la so­cié­té de consom­ma­tion, n’est-il pas la ver­sion amé­ri­caine du saint Nicolas, qui conti­nue d’ailleurs d’ap­por­ter ca­deaux et confi­se­ries en Bel­gique, Pays-Bas, Al­le­magne et dans le nord de la France ? Et pas le 24 dé­cembre au soir, mais le 6 !

COM­MENT PAR­COU­RIR LA TERRE EN UNE NUIT ?

Quant à la ques­tion fon­da­men­tale de la ca­pa­ci­té du Père Noël à dé­li­vrer au­tant de ca­deaux en l’es­pace d’une nuit, deux cartes trou­vées sur In­ter­net tentent de don­ner quelques élé­ments de ré­ponse. La pre­mière, pro­po­sée par l’agence de voyages Whi­chAir­line, montre que pour vi­si­ter toute l’Eu­rope oc­ci­den­tale (Bal­kans ex­clus), soit 29 pays, de­puis Ro­va­nie­mi, il doit par­cou­rir 18 192 ki­lo­mètres. S’il uti­li­sait l’avion, il lui fau­drait prendre 31 vols et voya­ger pen­dant presque deux jours (43 heures et 15 mi­nutes). Le traî­neau semble donc plus ra­pide. Le site Science4all pro­pose de ré­soudre le pro­blème de son iti­né­raire en choi­sis­sant la route la plus courte, tout en consi­dé­rant qu’il doit re­char­ger ré­gu­liè­re­ment son traî­neau (cf. carte 3). Cal­cu­lé grâce à des al­go­rithmes, un iti­né­raire mi­racle per­met au Père Noël de par­cou­rir 115 500 ki­lo­mètres en quatre tra­jets pour vi­si­ter toute la pla­nète. Si vous trou­vez une route plus courte, faites-vous connaître !

1 Géo­po­li­tique du Père Noël

2 Les noms du Père Noël en Eu­rope

3 L’iti­né­raire du Père Noël

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.