L’école na­tio­nale d’abru­tis­se­ment

Causette - - POLITIQUE • EN LIBRAIRIE -

Il est drôle

ce monde où l’on rit au nez de ceux qui croient en­core à l’in­té­rêt gé­né­ral. Ade­line Bal­dac­chi­no n’a pas l’air de goû­ter la plai­san­te­rie. Elle a in­té­gré l’ENA, l’École na­tio­nale d’ad­mi­nis­tra­tion, en 2007, en est sor­tie en 2009. Déception. L’école créée par le gé­né­ral de Gaulle au len­de­main de la guerre avait pour vo­ca­tion de per­mettre au simple ci­toyen d’ac­cé­der à l’ex­cel­lence de l’en­sei­gne­ment, de mon­ter les marches du pou­voir et, sur­tout, d’avoir les moyens de chan­ger les choses. Eh bien, pour Ade­line Bal­dac­chi­no, le constat est amer : c’est com­plè­te­ment ra­té. Pen­dant deux ans, on l’a édu­quée à ne ja­mais re­mettre en cause l’ordre éta­bli, à res­pec­ter ses su­pé­rieurs, à se conten­ter d’ap­pli­quer leurs ordres, à ap­prendre à ne pas mouf­ter. À se te­nir bien droite, et bien sage. Ré­cit fouillé d’une dés­illu­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.