Les fa­milles et les en­fants d’abord

Causette - - SQUAT -

Après une ren­contre avec la fa­mille, trois pos­si­bi­li­tés s’offrent au juge : l’ar­rêt de la pro­cé­dure, la me­sure de pla­ce­ment im­mé­diat ou l’as­sis­tance édu­ca­tive (ac­tion édu­ca­tive en mi­lieu ou­vert, AEMO). Dans ce cas, l’en­fant reste dans son mi­lieu « na­tu­rel », et un sui­vi édu­ca­tif est réa­li­sé par des as­so­cia­tions comme l’Avvej. Vous sui­vez ? Dans le doute, le juge peut aus­si man­da­ter ce type d’as­so­cia­tions pour pous­ser l’in­ves­ti­ga­tion. Cette me­sure per­met d’éva­luer la si­tua­tion du mi­neur et ses condi­tions de vie fa­mi­liale pour abou­tir à des pro­po­si­tions fon­dées sur l’in­té­rêt de l’en­fant. Vous l’avez bien com­pris, la pro­cé­dure de­mande du temps, par­fois in­com­pa­tible avec la no­tion d’ur­gence ra­bâ­chée par le com­mun des mor­tels dès qu’on crie à la mal­trai­tance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.