Alice

Causette - - DANS LA BOÎTE AUX LETTRES DE CAUSETTE -

Bon­jour à vous, chère(s) Cau­sette(s). Si je vous en­voie ce mes­sage, c’est pour vous faire part d’une nou­velle dé­chi­rante : je me suis fait lar­guer ce ma­tin. Bon, dans le fond, c’est pas très grave, on ne se connaît même pas. Ce qui l’est plus, c’est la rai­son. Voi­là, j’ai avoué à mon ché­ri d’une re­la­tion de deux mois que je n’avais pas en­vie de lui, et ce pour la pre­mière fois de notre « vie com­mune ». Ce qui m’a quelque peu cho­quée, puis­qu’il est en fait le pre­mier homme face à qui je prends mes « couilles » pour an­non­cer que je n’ai pas en­vie de me faire pé­né­trer. J’avais tou­jours lais­sé faire les autres, parce que je suis une femme dont l’his­toire sexuelle a été biai­sée de­puis le dé­but et que je ne sa­vais pas, alors, qu’on avait le droit de re­fu­ser ce genre de chose. D’ailleurs, suite à cette rup­ture, je me de­mande tou­jours, du coup, si on en a vrai­ment le droit, au fond... [...] De la part d’une autre Cau­sette qui ai­me­rait dé­non­cer les obli­ga­tions conju­gales unilatérales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.