Coeur

Causette - - CINÉMA -

La dé­li­ca­tesse :

tel est le socle sur le­quel re­pose le troi­sième long-mé­trage de Ken­neth Lo­ner­gan. Pré­cieux. Voi­là pour­quoi l’on ne dé­voi­le­ra que très peu de son in­trigue, puis­qu’elle-même ne se dé­voile que sub­ti­le­ment, pa­tiem­ment. Man­ches­ter­by-the-Sea est le nom d’une pe­tite ville cô­tière du Mas­sa­chu­setts, aux États-Unis. Un écrin de cot­tages, de criques et de bois alen­tour, qui donne da­van­tage en­vie de res­ter que de prendre le large. Lee en est par­ti, pour­tant, fuyant le poids d’un trop lourd cha­grin. Le jour où son frère meurt, cet homme tai­seux se re­trouve confron­té à ce pas­sé tra­gique, ce­lui-là même qui l’a sé­pa­ré de la com­mu­nau­té de pê­cheurs où il est né et a gran­di… Clas­sique ? Oui, dans la me­sure où cette his­toire poi­gnante brasse les thèmes fa­mi­liers des grands ré­cits amé­ri­cains : la fa­mille, les ori­gines, la faute et la ré­demp­tion. Reste que le ci­né­ma est une af­faire de point de vue, et que ce­lui-là étin­celle de dou­ceur. Un vé­ri­table crève-coeur. Ber­cé par les flux et re­flux d’une nar­ra­tion cha­hu­tée (entre pas­sé et pré­sent) ; trans­cen­dé par l’in­ter­pré­ta­tion pro­di­gieuse de Ca­sey Af­fleck (et de Mi­chelle Williams dans un rôle se­con­daire) ; Man­ches­ter by the Sea est un film ma­gni­fique. Dé­li­cat ET puissant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.