Quand la sou­ris

Causette - - LES PITCHOUS -

ti­gré dont la tête est far­cie de sou­ris. Ce n’est pas qu’il veut les man­ger, non ! Il aime sim­ple­ment les ré­per­to­rier, les ima­gi­ner, les dé­tailler. Par exemple, il se fi­gure aus­si bien « celle avec la tache noire sur le ventre », que « celle qui avait per­du une dent mar­di 12 avril ». Il convoque ré­gu­liè­re­ment « celle qui dé­tes­tait la mo­quette » et se dé­place donc ju­chée sur des échasses pour en évi­ter le contact. Son in­ven­taire de sou­ris l’oc­cupe tout en­tier, au point que sa vie so­ciale s’en trouve ré­duite à peau de cha­grin. C’est qu’il a du bou­lot : « À 18 ans, il vou­lait avoir ima­gi­né pas moins d’un mil­lion de sou­ris. » Le chat ti­gré fait tout ce qu’il peut pour y par­ve­nir, mais il souffre d’un mal étrange car une sou­ris en par­ti­cu­lier l’ob­sède : celle qu’il n’ar­rive pas à ima­gi­ner mais qu’il sent juste là, tout à cô­té de ses pen­sées. Com­ment est-elle ? Qui est-elle ? Pour­quoi ne par­vient-il pas à la vi­sua­li­ser ? Le temps est en sus­pens jus­qu’au jour où « ding dong ! », en ou­vrant sa porte d’en­trée, le chat va voir sa vie bas­cu­ler. Avec cet al­bum grand for­mat des­ti­né aux en­fants dès 5 ans, on saute à pieds joints dans un monde lou­foque mais co­hé­rent, ob­ses­sion­nel et libre. La douce fan­tai­sie des illus­tra­tions et la pro­fu­sion des des­sins de sou­ris at­tirent les en­fants qui, spon­ta­né­ment, se mettent à comp­ter les ron­geurs, comme pour vé­ri­fier que le dé­compte du chat est bon.

U

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.