Mise à l’air gé­né­rale

Comme les chaus­settes blanches dans les cla­quettes de pis­cine, en 2017, le na­tu­risme de­vient ten­dance. Il at­tire de plus en plus d’adeptes et va même jus­qu’à dra­guer les mil­le­nials sur les ré­seaux so­ciaux. Décryptage d’un re­tour en grâce.

Causette - - Sommaire - Par El­vire Emp­taz

Après avoir pas­sé l’été der­nier à dé­battre sur le port du bur­ki­ni, c’est dé­sor­mais l’ex­trême in­verse ves­ti­men­taire qui nous oc­cupe… le na­tu­risme ! Si le port du tant contro­ver­sé maillot de bain in­té­gral ne concerne qu’une poi­gnée de femmes, le na­tu­risme touche, lui, 5 % de la po­pu­la­tion, soit 2,5 mil­lions de Fran­çais *. Et alors que le reste du sec­teur a bais­sé en 2016, le tourisme dé­nu­dé a en­core pro­gres­sé (+ 6 %). Il gé­nère un chiffre d’af­faires de 350 mil­lions d’eu­ros et at­tire dans notre pays deux mil­lions d’étran­gers chaque an­née.

Le phé­no­mène est tel que le Conseil de Pa­ris a va­li­dé, pour la pre­mière fois, la créa­tion d’un es­pace na­tu­riste dans la ca­pi­tale, an­non­cé pour cet été, puis re­pous­sé. « Nous dé­ter­mi­nons ac­tuel­le­ment si le fait d’au­to­ri­ser le na­tu­risme dans le do­maine pu­blic re­lève des fonc­tions du maire ou du pré­fet, c’est l’unique cause du dé­lai, nous ex­plique Pé­né­lope Ko­mi­tès, ad­jointe à la maire de Pa­ris char­gée des es­paces verts. Nous avons aus­si pris le temps de trou­ver, dans le bois de Vin­cennes, un site dis­cret, mais ac­ces­sible. La de­mande est lé­gi­time, Pa­ris est l’une des seules ca­pi­tales à ne pas avoir ce type de lieux, que l’on trouve à Ber­lin, Stock­holm, etc. Il y a eu quelques ré­ti­cences, au dé­but, mais au­cune plainte n’a été dé­po­sée. »

Les fesses à l’air sur Ins­ta­gram

L’évo­ca­tion du na­tu­risme convoque in­évi­ta­ble­ment un mon­ceau de cli­chés. On a tous en tête l’image d’un vieux ba­ba cool gri­son­nant, se ba­la­dant sur le sable vê­tu de son seul bob. Sauf qu’au­jourd’hui, 45 % des « culs-nus » ont entre 20 et 30 ans, comme Émi­lie, 24 ans, étu­diante en école de com­merce. « L’été der­nier, mes pa­rents, pra­ti­quants de­puis trois ans, nous ont in­vi­tés, mon co­pain et moi, dans un cam­ping na­tu­riste. J’ai hé­si­té avant d’ac­cep­ter. J’ai ai­mé me bai­gner nue et sur­tout ne pas être ju­gée sur mon épi­la­tion ou mes formes ! Je compte re­com­men­cer, mais dans un lieu in­ter­dit aux “tex­tiles”. Car, dans ce lieu qui les to­lé­rait, je n’ai pu évi­ter le re­gard in­sis­tant de tou­ristes ita­liens qui ne jouaient pas le jeu. » Elle va donc gros­sir les rangs des 13,4 mil­lions d’adeptes oc­ca­sion­nels.

Julien, 39 ans, jour­na­liste, est, lui, plus as­si­du. Membre de l’As­so­cia­tion des na­tu­riste de Pa­ris, il rentre tout juste de la World Na­ked Bike Ride de Londres, une ran­don­née nue à vé­lo, ap­pa­rem­ment plus plai­sante que dou­lou­reuse... « J’avais 15 ans quand j’ai en­le­vé mon maillot de bain pour la pre­mière fois. Je ne l’ai ja­mais re­mis. Je pra­tique en va­cances et dans l’an­née lors d’apé­ros ou de sor­ties à la pis­cine. De­puis mes dé­buts, le na­tu­risme a énor­mé­ment évo­lué, le pier­cing est tou­jours mal vu, mais la vieille garde au­to­rise main­te­nant les ta­touages. Les ré­seaux so­ciaux ont chan­gé la donne. » Ils ont ef­fec­ti­ve­ment fa­ci­li­té les con­tacts entre pra­ti­quants et per­mis de re­nou­ve­ler l’image du na­tu­risme. En té­moigne ain­si, sur Ins­ta­gram, le suc­cès du ré­cent chal­lenge lan­cé par le compte @chee­kyex­ploits, qui consis­tait à po­ser les fesses à l’air de­vant un jo­li pay­sage.

Même les « in­fluen­ceuses » sur les ré­seaux so­ciaux se spé­cia­lisent dans ce genre de cli­ché dé­nu­dé. Il existe dé­sor­mais des fo­rums et des sites de ren­contres amou­reux ou ami­caux comme True­nu­dist.com, Vi­vre­nu.com, Oh­na­tu­rist.com, ou en­core Nu­dist­friends.com qui, à lui seul, compte pas moins de 788 200 membres. Alors, cet été, tous nus et tous bron­zés ? * Étude réa­li­sée en France au­près de 835 per­sonnes par le ca­bi­net Pro­tou­risme, en juillet et août 2015

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.