À sec

Causette - - SI ON DRAGUAIT? -

Quand on n’a plus d’eau, y a plus rien à boire. C’est cette sèche la­pa­lis­sade que les ha­bi­tants du Cap s’ap­prêtent à vé­ri­fier après quatre an­nées de sé­che­resse, la faute au ré­chauf­fe­ment et à une ges­tion un peu yéyé des res­sources. Mal­gré les ra­tion­ne­ments dras­tiques de ces der­niers mois, la deuxième ville d’Afrique du Sud se pré­pare donc au « jour zé­ro », date fa­tale où, on au­ra beau faire, plus rien ne sor­ti­ra du ro­bi­net. Comme São Pau­lo (Bré­sil) en 2015, plus d’une cen­taine de villes sur la pla­nète sont dé­sor­mais condam­nées à la sur­ve­nue de « jours zé­ro » dans les an­nées qui viennent, avant de pas­ser à l’étape sui­vante : les conflits pour l’eau (sou­pir). Et, bien sûr, ce sont les pauvres qui trin­que­ront – en­fin, fa­çon de par­ler.

Le 25 jan­vier, au Cap, en Afrique du Sud, alors que l’eau est ra­tion­née pour cause de sé­che­resse, les ha­bi­tants s’ap­pro­vi­sionnent à une source.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.