ON A GA­GNÉ !

Causette - - CAUSETTE MONSIEUR - J. VAL JEAN

Ça y est, les gars, c’est fi­ni. Les femmes vont prendre le pou­voir. Ce n’est plus qu’une ques­tion de temps. Pas grand monde ne s’en est aper­çu, mais ce­la fait dé­jà quelques an­nées que la vieille société in­éga­li­taire, sans bruit, a bas­cu­lé par la fe­nêtre. Elle est en train de tom­ber et, bien­tôt, elle s’écra­se­ra au sol. Vous en dou­tez ? Ce n’est pas moi qui le dis, mais la dé­mo­gra­phie. Les chiffres sont clairs : elles ont rem­por­té le com­bat. Elles ont dé­jà ga­gné, non la stu­pide guerre des sexes que cer­tains ap­pellent de leurs voeux, mais le com­bat pour bé­né­fi­cier des mêmes droits que nous.

Oui, les chiffres sont for­mels. Par­tout, à l’école, les pe­tites filles ob­tiennent de meilleurs ré­sul­tats que les gar­çons, ce qui pose, comme dit le phi­lo­sophe Mar­cel Gauchet, un pro­blème d’« in­éga­li­té à l’en­vers » qu’il fau­dra ré­soudre un jour, mais, en at­ten­dant, dans de très nom­breux pays, elles sont ma­jo­ri­taires à l’uni­ver­si­té. En France, elles re­pré­sentent dé­jà 56 % des ins­crits, et une femme sur trois fi­nit di­plô­mée de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur long (contre un homme sur quatre).

Dans l’éco­no­mie mondiale du sa­voir, les études sont dé­ter­mi­nantes. Alors, mal­gré les nom­breuses in­jus­tices qui per­durent, lorsque les « vieux mâles blancs » qui bloquent en­core les som­mets en politique ou dans les en­tre­prises au­ront lais­sé leur place, les der­nières in­éga­li­tés tom­be­ront ; on dé­cou­vri­ra alors que les femmes sont en si­tua­tion ef­fec­tive de di­ri­ger et il n’y au­ra pas de re­tour en ar­rière. Plus rien ne pour­ra ar­rê­ter cette ten­dance lourde, ni les pla­fonds de verre, ni les lois, ni les tra­di­tions, et en­core moins les congés ma­ter­ni­té qui plombent leurs car­rières, car, au fur et à me­sure qu’elles ac­quer­ront du pou­voir, on peut faire confiance aux femmes pour mettre en place des po­li­tiques qui ne les dé­fa­vo­ri­se­ront pas. Et vous sa­vez quoi ? C’est très bien. Qu’est-ce qu’on va de­ve­nir ? À quoi res­sem­ble­ra le monde de­main, entre crise éco­lo­gique, ré­vo­lu­tion tech­no­lo­gique et pou­voir par­ta­gé ? À quoi res­sem­ble­ront l’éco­no­mie, les en­tre­prises, la vie de couple, l’édu­ca­tion des ga­mins, la drague ? Les ma­ga­zines fé­mi­nins, le foot, la pla­nète ? Quelle se­ra notre place, à nous, les hommes, dans tout ça ? Je n’en sais rien, mais quelque chose me dit que ce se­ra mieux. Il y au­ra des hé­si­ta­tions, des ré­sis­tances, et on peut s’at­tendre au dé­ver­se­ment de tor­rents de bê­tises, mais ce se­ra pas­sion­nant. On va de­voir ap­prendre, dé­cou­vrir, in­ven­ter, re­dé­fi­nir, ajus­ter et évo­luer, elles comme nous (car per­sonne n’est réel­le­ment prêt à une ré­vo­lu­tion d’une telle am­pleur). Mais la vie n’en se­ra que meilleure : pour la pre­mière fois de­puis des mil­liers d’an­nées, les vies de nos com­pagnes, de nos amies, de nos soeurs et de nos filles ne se­ront plus dé­ter­mi­nées par leur genre, mais par leurs qua­li­tés. Alors, ré­jouis­sons-nous : elles ont ga­gné… et tout le monde a ga­gné.

Êtes-vous prêt pour le nou­veau monde ? Ren­dez-vous en page VIII.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.