LA CONDI­TION HU­MAINE

Causette - - CULTURE - H. A.

Au croi­se­ment de l’his­toire so­ciale, du ro­man na­tu­ra­liste et de la condi­tion hu­maine, il y a ce pre­mier ro­man de Mat­thew Neill Null. S’il doit son titre à une ré­fé­rence bi­blique que vous dé­cou­vri­rez en li­sant, il se dé­roule chez les dam­nés de la terre. Nous voi­ci en 1904, dans une ex­ploi­ta­tion de bois de Vir­gi­nie-Oc­ci­den­tale. Quatre mille bû­che­rons, sur­nom­més « les loups de la fo­rêt », abattent des arbres plu­sieurs fois cen­te­naires pour une com­pa­gnie qui ne veut que trans­for­mer les lieux en dé­sert aride et en pompe à dol­lars. Au cours d’une soi­rée de re­pos où ils trou­ve­ront des bars pour la soif et des femmes pour la nuit, cer­tains or­ga­nisent un syn­di­cat clan­des­tin. Au re­tour, c’est la grève. Ou­vriers contre po­li­ti­ciens et mi­li­ciens – et bien­tôt les traîtres à la cause. Par­mi ces ré­vol­tés, Cur Grea­thouse, ban­ni de sa fa­mille, mais aus­si un pas­teur dé­fro­qué, un col­por­teur sy­rien, une Slo­vène rebelle, un té­né­breux syn­di­ca­liste ita­lien, un po­li­cier cor­rom­pu. À la gran­deur du su­jet, le ro­man­cier as­so­cie une écri­ture ly­rique au­tant que ra­geuse. Ici, 1904 res­semble à 2018, et ce livre est un hymne. In­dis­pen­sable.

Le Miel du lion, de Mat­thew Neill Null, tra­duit de l’amé­ri­cain par Bru­no Bou­dard. Éd. Albin Mi­chel/coll. Terres d’Amé­rique, 432 pages, 23 eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.