JO­LI JOL­LY

Plus que le cri­tique, le co­mé­dien, le mu­si­cien et le dan­seur, c'est l'ou­vreuse qui passe sa vie dans les salles de spec­tacle. Lais­sons donc sa pe­tite lampe éclai­rer notre lan­terne !

Causeur - - Les Carnets De Roland Jaccard -

Li­bé trouve le spec­tacle « bour­sou­flé, aux al­lures de bar­num », l’hu­ma ne voit qu'« un son et lu­mière dé­po­li­ti­sé ». Qu'est-ce qui leur faut ! Tho­mas Jol­ly, chou­chou d'avi­gnon de­puis son Hen­ry VI com­plet en dix-huit heures, ra­mène Sé­nèque au pa­lais des Papes pour la pre­mière fois de­puis Mé­dée, il y a un de­mi-siècle. Et pas n'im­porte quel Sé­nèque. Thyeste, ban­quet de fa­mille à faire pas­ser Oe­dipe pour Pouic-pouic1. Une pièce can­ni­bale tout en so­li­loques rhé­to­riques où Sha­kes­peare a pris son im­pos­sible Ti­tus An­dro­ni­cus. Du dif­fi­cile donc, du pié­geux. Ni psy ni clown, le jeune Jol­ly vous cui­sine ça grand genre, en­va­hit le pla­teau sans en­com­brer, dé­verse la mu­sique sans noyer un mot (avec mi­cros, d'ac­cord), illu­mine la Cour d'hon­neur comme un concert pop sans tra­hir le lieu. Show devant !

Trop show ? Con­tra­rium, di­rait Flo­rence Du­pont – qui est un peu à Rome ce que Jac­que­line de Ro­mil­ly fut à Athènes. Car le stu­dieux Jol­ly n'a pas seule­ment re­te­nu la tra­duc­tion de Mme Du­pont, il a dé­vo­ré ses livres ; sur­tout Les Monstres de Sé­nèque, qu'on vous re­com­mande (Be­lin 1995, 7 eu­ros). « Les tra­gé­dies de Sé­nèque étaient des spec­tacles, et d’abord des spec­tacles, leur ac­tion ne pro­gres­sait que par le moyen du spec­tacle, ce­lui des corps, de la mu­sique et des mots. » C'est la mé­moire du théâtre la­tin qui écrit. Tho­mas Jol­ly est son pro­phète.

Le pro­logue fel­li­niste, le choeur pré­pu­bère pen­dant le ré­cit du car­nage, la tête des mômes je­tée dans le dé­cor, même les cos­tards fa­shion et les cou­ronnes fluo, tout marche. Hic unique, le jo­li Jol­ly en s'oc­troyant Atrée, rôle prin­ci­pal, com­met un double pé­ché : pé­ché d'or­gueil parce que le man­teau XXL d'atrée avale un co­mé­dien qui, dans un em­ploi à sa taille, fe­rait mouche ; pé­ché de mo­des­tie parce les autres ont été choi­sis sans or­gueil pour ne pas bles­ser le sien. On veut des monstres (Mé­dée 1967, c'était Ma­ria Ca­sa­rès), on a des potes. Trop show, non. Pas as­sez chair.

Mais bon. Broyés par l'em­pire qui ago­nise dans chaque vers de Sé­nèque, ces pe­tits êtres ont quelque chose de tou­chant. Et puis tiens, une idée. À cause que Sha­kes­peare lui a sou­ri et qu'il sue le ta­lent, on a pous­sé le met­teur en scène à l'opé­ra. Ir­ré­sis­tible, l'opé­ra. On a donc vu un opé­ra de Ca­val­li au pa­lais Gar­nier et un d'of­fen­bach au Châ­te­let se­lon Tho­mas Jol­ly. Bof bof. Et vous sa­vez pour­quoi ? Pas parce que Tho­mas Jol­ly man­que­rait de mé­tier ou d'oreille. Oreille et mé­tier sont ses plus beaux ou­tils. Parce que nos di­rec­teurs di­rigent mou.

Que vou­lez-vous qu'il en fasse, le sal­tim­banque tech­no, de Ca­val­li et d'of­fen­bach ? Il lui faut des tam­bours, il lui faut des syn­thés, il lui faut la pop new age de son com­plice Clé­ment Mir­guet. Au lieu d'en­voyer le mal­heu­reux Tho­mas conqué­rir des mondes hos­tiles, pour­quoi ne pas mon­ter un opé­ra d'eux ? Vou­lu par eux, écrit par eux. Un bel opé­ra pop, la Bas­tille peut bien ava­ler ça entre deux pre­mières mon­diales de fa­daises ins­ti­tu­tion­nelles. Un opé­ra de Mir­guet et Jol­ly se­ra sû­re­ment pas Fi­ga­ro ou Ma­non, tien­dra mal le choc après Tris­tan (qui tient le choc après Tris­tan ?), fe­ra peut-être du ta­page noc­turne – le pu­blic adore, moi aus­si –, mais ça au­ra de la gueule et le mé­rite du neuf. D'ailleurs Thyeste, qu'était-ce ? Un opé­ra par­lé. En­voyons les mêmes place de la Bas­tille, fai­sons-les chan­ter, fai­sons-les dan­ser, vive le son, vive le son, vive le son du ca­non ! • 1. Thyeste est re­pris à la fin du mois à Per­pi­gnan, puis tourne à Saint-étienne, An­gers, Nantes, Paris (La Villette), Stras­bourg, etc., jus­qu'à Lille fin avril.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.