Votre cha­ton est ar­ri­vé à la mai­son

Chats d'Amour - - PRATIQUE -

Re­ce­voir un cha­ton pour la pre­mière fois chez soi est une fête qui ne doit pas mal se ter­mi­ner. Dans une mai­son, les dan­gers sont in­nom­brables pour ce pe­tit être fra­gile mais cu­rieux et in­cons­cient des risques qu’il peut prendre. Voi­ci donc quelques conseils pour vous ai­der à pré­pa­rer son ar­ri­vée, du mieux pos­sible...

Le chat a ten­dance à être très ac­tif, cu­rieux et ath­lé­tique. Donc soyez équi­pés ! Pré­voyez dès son ar­ri­vée des jouets pour chats, des en­droits qu’il pour­ra ex­plo­rer en toute quié­tude et sé­cu­ri­té, et faites sur­tout at­ten­tion à ce que les fe­nêtres et portes soient fer­mées. Il ne faut pas ris­quer un ac­ci­dent. Le chat étant cu­rieux par na­ture, il au­ra vite fait de s’échap­per ou même du sau­ter par la fe­nêtre ! Si vous ha­bi­tez dans un pa­villon, at­ten­dez 4 à 6 jours avant d’au­to­ri­ser votre chat à sor­tir. Il fau­dra aus­si lui ins­tal­ler dès son ar­ri­vée son pe­tit coin toi­lette (à ne pas ins­tal­ler à cô­té de sa ga­melle, le chat est un dé­li­cat…) et lui mon­trait son pa­nier. Bien qu’un chat choi­sit gé­né­ra­le­ment lui-même l’en­droit il va dor­mir. Un cha­ton mange gé­né­ra­le­ment ma­tin, mi­di et soir, si vous op­tez pour les cro­quettes, pré­fé­rez les cro­quettes de chez le vé­té­ri­naire, certes un peu plus chères mais vous y re­ga­gne­rez à la longue, en ef­fet, les cro­quettes du vé­té­ri­naire sont de bien meilleures qua­li­tés et votre chat se­ra en bien meilleure san­té. Le pro­blème ma­jeur des cro­quettes ache­tées en su­per­mar­ché ou même en ani­ma­le­rie est qu’elles pro­voquent souvent, entre autre, des cal­culs ré­naux. Dra­ma­tique pour le chat ! Donc cro­quettes pas chères ou frais de vé­té­ri­naire éle­vés ? A vous de voir…. A sa­voir aus­si qu’un cha­ton a très peu de ré­serves, il est fra­gile et se déshy­drate très ra­pi­de­ment, donc veiller conscien­cieu­se­ment à ce que votre chat ait tou­jours à dis­po­si­tion un bol d’eau fraîche, sur­tout s’il mange des cro­quettes !! Il est utile aus­si, sur­tout pour les chats qui se­ront ame­nés à res­ter en appartement, de lui mettre à dis­po­si­tion un arbre à chat-grif­foir, pour qu’il ap­prenne dès le dé­but à faire ses griffes des­sus et non sur le ca­na­pé ! Cer­tains chats pré­fé­re­ront tou­te­fois une bûche à un grif­foir, donc à vous de tes­ter. Utile aus­si, pour les chats d’in­té­rieur, de mettre à dis­po­si­tion de l’herbe, type chien­dent (à ne pas confondre avec de l’herbe à chat) plan­tée dans un bac, qui aide à la di­ges­tion et calme les ai­greurs d’es­to­mac qu’ont souvent les chats comme les chiens. Votre cha­ton, comme tout jeune ani­mal, se­ra cu­rieux, voir très cu­rieux, faites at­ten­tion aux dan­gers que com­portent une mai­son. Les ac­ci­dents do­mes­tiques sont souvent res­pon­sables de dé­cès ou de graves

bles­sures chez les chats. - Les plantes vertes : dan­ger ! La plu­part sont toxiques et votre cha­ton au­ra ten­dance à les mâ­chouiller. A mettre donc dans un en­droit in­ac­ces­sible. - Les sacs plas­tiques : le cha­ton adore s’y ré­fu­gier mais peu très vite s’étouf­fer. - Les WC : on ferme le cou­vercle après utilisation, un cha­ton ne sau­ra pas re­mon­ter s’il tombe dans les WC et se noie­ra par épui­se­ment. - La cui­sine : les plaques chauf­fantes sont res­pon­sables tous les ans de graves brû­lures sur les cous­si­nets des chats, met­tez donc un cou­vercle ou une cas­se­role d’eau froide après utilisation. - Salle de bain : la ma­chine à la­ver, comme le sèche linge, sont des dan­gers po­ten­tiels, soyez cer­tain d’y re­trou­ver votre cha­ton ou chat un jour ou l’autre. Pen­sez donc à tou­jours vé­ri­fier avant de lan­cer une les­sive, même si du linge était dé­jà de­dans, votre chat a pu se ré­fu­gier en des­sous et y dor­mir pai­si­ble­ment. Sa­chez aus­si, qu’avant de mou­rir noyé, le chat su­bit de graves brû­lures dues à l’eau chaude ! - Salle de bain : la bai­gnoire rem­plie d’eau. Idem que pour les WC, noyade as­su­rée. - Sé­jour : les ca­na­pés lits sont po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux, veillez avant de le re­plier que votre cha­ton n’est pas coin­cé de­dans. - Les bal­cons, at­ten­tion ! Les chats tombent et pas sur leurs pattes, c’est un mythe. Pour ter­mi­ner, pre­nez ren­dez vous chez votre vé­té­ri­naire dès que pos­sible pour les pre­miers vac­cins, la mise en place de la puce électronique, les trai­te­ments an­ti-verts et puces et tiques, et n’hé­si­tez pas à lui po­ser des ques­tions si quelque chose vous cha­grine, exemples : votre cha­ton mange moins, ou peu, il ne joue pas ou presque plus, il se bute dans les meubles, il perd ses poils abon­dam­ment, il fait ses be­soins en de­hors de sa li­tière etc… Un vé­té­ri­naire, n’est pas qu’un mé­de­cin ani­ma­lier, c’est aus­si un conseiller et un com­por­te­men­ta­liste ex­pé­ri­men­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.