3ques­tions

Ma­ré­chal-fer­rant

Cheval Pratique - - Un Cheval Chez Soi Avec Ou Sans Les Fers Au Pré ? -

Il y a ef­fec­ti­ve­ment un ca­len­drier à res­pec­ter, et un bon ma­ré­chal doit sa­voir tra­vailler en fonc­tion des sai­sons. Il est for­te­ment conseillé d’attendre la fin sep­tembre pour re­ti­rer une fer­rure à un che­val qui part au pré, pour la simple rai­son qu’à l’au­tomne, la pluie re­vient, et les sols sont à nou­veaux meubles. Le pied dé­fer­ré se­ra moins sou­mis à épreuve, et la pre­mière pous­sée de corne se fe­ra sur un ter­rain moins dur. En dé­fer­rant à l’au­tomne, j’ai un taux de réus­site de 98 %.

Les ca­va­liers ont tendance à mi­ni­mi­ser l’im­por­tance du pa­rage. Bien pa­rer les pieds d’un che­val qui vit à l’an­née au pré n’est pas si simple que ce­la. Plus en­core que pour la fer­rure, le ma­ré­chal doit sa­voir contrô­ler la pousse de la corne toute l’an­née, en fonc­tion des sai­sons, de la qua­li­té du sol et de la boîte cor­née. Ques­tion de bon sens, un che­val dont la corne ne pousse pas ou peu ne peut pas être pa­ré aus­si sou­vent et aus­si court que ce­lui dont la corne pousse so­lide et rapide. Dans tous les cas, le ma­ré­chal doit pa­rer en lais­sant de la four­chette. Elle est le centre tac­tile du pied, et c’est un frein dont le che­val a be­soin. Au­jourd’hui, c’est la mode de dé­ga­ger trop la sole. C’est es­thé­tique, mais ce­la fait mal aux che­vaux.

Di­sons tous les deux ou trois mois en­vi­ron, pas plus, en fonc­tion du ter­rain et de la qua­li­té de la corne. Si l’on pare les pieds à ou­trance, ils vont s’user trop.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.