Prise de contact et ob­ser­va­tions Alors re­garde

La mé­thode Tel­ling­ton TTouch de­mande d’en­trer en in­ter­ac­tion avec le che­val et pour ce­la d’ob­ser­ver ce qu’il a à nous dire. Da­nielle Dib­bens nous donne quelques pistes pour le dé­cryp­ter dans sa vie en gé­né­ral et du­rant toute notre séance de TTouch en part

Cheval Pratique - - Bien-être Du Cheval/la Méthode Tellington Ttouch - Texte : San­drine Dhondt. Pho­tos : Thier­ry Sé­gard

Pour dé­cou­vrir la mé­thode Tel­ling­ton TTouch, notre co­baye se­ra mon che­val Pit­chou, ac­tuel­le­ment en conva­les­cence pour une ten­di­nite du ten­don flé­chis­seur pro­fond du pied. Da­nielle Dib­bens ne l’a jamais vu et elle va faire avec lui comme avec tous les nou­veaux che­vaux qu’elle ren­contre. Elle va me­ner son en­quête avec une ques­tion en tête : qu’est-ce que Pit­chou a à nous dire ?

À l’ar­rêt

La séance com­mence à l’ar­rêt et Da­nielle aborde Pit­chou en ten­dant sa main vers lui. « Avec un che­val que je ne connais pas, au dé­but, je veux juste dire “bon­jour” en m’ap­pro­chant de lui en lui ten­dant ma main. » Elle fait un geste très lent : « Je lui donne le temps d’ab­sor­ber et d’ac­cep­ter ma pré­sence dans son es­pace per­son­nel. Et nous com­men­çons par les choses que nous pou­vons voir — les épis, les bosses, les creux, la po­si­tion de la tête, des jambes, l’at­ti­tude du che­val. » Puis elle cherche à le ca­res­ser par­tout avec sa main à plat, ce qui est ap­pe­lé « la marche de Noé » dans la mé­thode TTouch (cf. en­ca­dré). « Je vais ain­si cher­cher à per­ce­voir des signes de ten­sions dans son corps » nous dit Da­nielle qui part à la re­cherche de chan­ge­ments de tex­ture du poil, de tem­pé­ra­ture, de sen­si­bi­li­té ou de ré­ac­tion. Pit­chou re­monte su­bi­te­ment la tête, « On peut voir qu’elle est si­gni­fi­ca­ti­ve­ment plus haute que le gar­rot. Il est ten­du. » Une fois Pit­chou re­des­cen­du en pres­sion, Da­nielle re­prend son in­ves­ti­ga­tion : « On peut voir qu’il a le dos un peu creux, et même une bosse au ni­veau des lom­baires ; la connexion avec le sa­crum fait, elle aus­si, une bosse. » C’est tout à fait vrai, Pit­chou est né ain­si et ce­la m’a de­man­dé le double d’ef­forts et de gym­nas­tique pour ob­te­nir tous les airs de haute école que ce che­val sait faire mal­gré ce dos très dé­li­cat. Je connais bien mon che­val, pour ne pas dire par­fai­te­ment, mais Da­nielle me si­dère en ob­ser­vant : « Il a un na­seau un peu plus haut que l’autre. » Elle m’ex­plique : « Poil, épis, na­seaux ! C’est très im­por­tant ! Nous de­vons y prê­ter at­ten­tion à chaque fois et je de­mande à mes sta­giaires d’y être très at­ten­tifs. »

En marche

Les ob­ser­va­tions en mou­ve­ment nous donnent en­core plus d’in­dices. Da­nielle nous de­mande de faire mar­cher Pit­chou de­vant elle et de re­ve­nir vers elle. « Je vais re­gar­der ce qui se passe avec sa tête, sa queue, son ventre et ses pos­té­rieurs. » Alors là, évi­dem­ment elle ne va pas être dé­çue puisque le che­val ne fait plus rien de­puis 6 mois… « J’ob­serve que ses pos­té­rieurs sont plus écar­tés que ses an­té­rieurs. » Ab­so­lu­ment ! Mais elle m’étonne une fois en­core en ajou­tant : « Il a des traces d’une an­cienne bles­sure au gar­rot (des poils blancs avaient en ef­fet re­pous­sé suite à une bles­sure due à la cou­ver­ture, un hi­ver, nd­la) et il a un lé­ger trou dans les crins de sa cri­nière. » « Tout est un in­dice pour nous ! Nous sommes un peu comme Les Ex­perts à la té­lé ! »

Au tou­cher

À l’ar­rêt, Da­nielle com­mence à ca­res­ser mon che­val par­tout avec le dos de la main : « J’étu­die le ni­veau de pres­sion que le che­val aime bien, doux, ré­gu­lier, à fleur de peau. Je dois pou­voir sen­tir même ses mou­ve­ments peau­ciers. » Elle note chaque di­rec­tion des poils et ajoute : « Il a des épis qui sont in­té­res­sants. » Cer­tains lui font même des rou­fla­quettes sur les joues ! Elle ajoute « Et il a des pel­li­cules sur tout le corps aus­si » ,à mon grand dam car ce­la doit re­flé­ter un manque de tran­quilli­té de son état in­té­rieur, mais Da­nielle ne m’en dit rien de plus pour le mo­ment. En conti­nuant un peu plus loin sur le corps de Pit­chou son in­ves­ti­ga­tion, elle constate que le jar­ret droit est plus froid que le gauche mais Da­nielle ne tire pas de conclusion, elle fait juste des ob­ser­va­tions pour sa séance de TTouch. « Pen­dant mes stages, je passe beau­coup de temps sur les ob­ser­vables car c’est très im­por­tant. C’est bien de pas­ser du temps à ob­ser­ver le che­val pour sa­voir quand quelque chose change. On n’est pas fo­ca­li­sé sur les choses qui sont bien ou pas bien, mais je cherche à com­prendre ce qui est nor­mal pour le che­val. Il faut évi­ter de faire des ju­ge­ments parce que ce­la ferme des portes sur des so­lu­tions pos­sibles. » Et vous, se­riez-vous ca­pable de dé­cor­ti­quer chaque mor­ceau de votre che­val comme l’a fait Da­nielle pour sa séance de TTouch ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.