Zoom sur...

Les dan­gers du jar­din

City Pattes - - CHIENS & CHATS -

Le prin­temps et l'été sont les sai­sons idéales pour culti­ver nos jar­dins. Mais (car il y a un mais), nos élans bu­co­liques peuvent être sources de dan­gers pour nos com­pa­gnons. Plantes toxiques, en­grais, in­sec­ti­cides, che­nilles pro­ces­sion­naires (et autres bé­bêtes bu­ti­nantes et "bour­don­nantes"...) ; cer­tains de nos es­paces verts peuvent re­ce­ler quelques in­dé­si­rables dignes d'un stage de sur­vie avec Mike Horn.

FLEURS ET PLANTES

Les bal­cons et les jar­dins ne sont pas tou­jours les meilleurs amis de nos 4 pattes. Sa­viez-vous par exemple que le lau­rier-rose, le mu­guet, le gui, les lys, les thuyas ou bien en­core les hor­ten­sias sont des plantes par­ti­cu­liè­re­ment toxiques pour nos boules de poils ! Idem pour les jo­lis brins de mu­guet, les tu­lipes ou ja­cinthes...sans ou­blier les plants d'oi­gnons ou d'ails à ne ma­chouiller sous au­cun pré­texte !

Sans de­voir bé­ton­ner vos es­paces verts ou les trans­for­mer en dé­sert de Go­bi, il suf­fit d'être vi­gi­lant si vous ac­cueillez - no­tam­ment - un chiot ou un cha­ton à la mai­son, ou bien si vous pré­voyez de faire de nou­velles plan­ta­tions (les truffes ca­nines et fé­lines sont tou­jours très cu­rieuses face à de nou­veaux vé­gé­taux).

Si mal­gré toutes vos at­ten­tions votre boule de poils n'a pu s'em­pê­cher de dé­gus­ter une plante ou une va­rié­té toxique, contac­tez ra­pi­de­ment votre vé­té­ri­naire. Les symp­tômes sont prin­ci­pa­le­ment di­ges­tifs (sa­li­va­tion, vo­mis­se­ments, diar­rhée), par­fois car­diaques ou plus ra­re­ment ner­veux.

Sur­tout n'es­sayez pas de faire vo­mir votre com­pa­gnon au risque d'ac­croître les brû­lures de son tube di­ges­tif.

Es­sayez d'iden­ti­fier l'es­pèce in­cri­mi­née ou in­di­quez à votre vé­té­ri­naire les plantes pré­sentes dans votre jar­din (en sou­hai­tant que vous ne vi­viez pas à Ver­sailles) ou sur votre bal­con.

EN­GRAIS ET IN­SEC­TI­CIDES

Oui les en­grais chi­miques sont très ef­fi­caces pour la fer­ti­li­té des plantes, les in­sec­ti­cides, les an­ti-li­maces...re­dou­tables pour faire la chasse aux nui­sibles mais...pas très bio et sur­tout ter­ribles pour nos ani­maux avec des risques d'in­toxi­ca­tion et d'em­poi­son­ne­ment ! Aus­si, pri­vi­lé­giez des so­lu­tions na­tu­relles al­ter­na­tives aux pro­duits phy­to­sa­ni­taires comme le com­post, le fu­mier (bon d'ac­cord l'odeur n'est pas top) ou le paillis. Et puis c'est l'oc­ca­sion rê­vée d'un re­tour à la na­ture pour toute la fa­mille !

CHE­NILLES PRO­CES­SION­NAIRES

Mi­gnonne les che­nilles ? Oui en pho­to ou en chan­son ! Car, par simple contact, les poils ur­ti­cants des che­nilles pro­ces­sion­naires peuvent cau­ser de sé­rieuses ré­ac­tions ou des né­croses de la langue. Et là, une consul­ta­tion d'ur­gence s'im­pose chez le vé­té­ri­naire. Pour in­fo, il existe 2 fa­milles de che­nilles pro­ces­sion­naires : la pre­mière sur­nom­mée « che­nille pro­ces­sion­naire du pin » (pré­sente es­sen­tiel­le­ment de mars à avril) et la se­conde "che­nille pro­ces­sion­naire du chêne" (de fin juin à mi-juillet). Aus­si, si vous par­tez en va­cances sur des sites peu­plés de pins ou de chênes...gare "à la che­nille qui re­dé­marre" et qui se­ra tou­jours “à l’heure” pour pi­quer votre com­pa­gnon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.