San­té

Sté­ri­li­sa­tion et cas­tra­tion

City Pattes - - CHIENS & CHATS -

En tant qu’heu­reux pro­prié­taires de chien, nous pou­vons être ame­nés à le faire sté­ri­li­ser pour des rai­sons pra­tiques ou mé­di­cales. Cette in­ter­ven­tion chi­rur­gi­cale consiste en l'abla­tion par­tielle ou to­tale de son ap­pa­reil gé­ni­tal. Réa­li­sée pré­ven­ti­ve­ment, la sté­ri­li­sa­tion ou la cas­tra­tion contri­bue non seule­ment au con­fort de nos com­pa­gnons à quatre pattes et de leurs maîtres, mais éga­le­ment à amé­lio­rer leur es­pé­rance de vie. En­fin, c’est un moyen ef­fi­cace de lut­ter contre la sur­po­pu­la­tion qui, chaque an­née, en­traine l’aban­don de nos pe­tits com­pa­gnons.

CHEZ LA CHIENNE

Chez la chienne, il s’agit d’une ova­riec­to­mie (abla­tion des ovaires) ou d’une ova­rio-hys­té­rec­to­mie (abla­tion des ovaires et de l'uté­rus). Cette in­ter­ven­tion peut s’ef­fec­tuer à par­tir de l’âge de 6 mois. Concer­nant les chiennes de grands for­mats comme le gol­den re­trie­ver, il peut être re­com­man­dé d’at­tendre la fin de leur crois­sance avant d’in­ter­ve­nir. En ef­fet, il a été ob­ser­vé qu’une sté­ri­li­sa­tion trop pré­coce pou­vait fa­vo­ri­ser l’ap­pa­ri­tion de cer­taines pa­tho­lo­gies comme par exemple la rup­ture des li­ga­ments croi­sés du ge­nou. En­fin, sa­chez que cette chi­rur­gie peut être réa­li­sée sur une fe­melle qui n’a pas en­core eu ni ses cha­leurs ni de por­tées.

• Avan­tages :

- Li­mi­ta­tion des gros­sesses et des nais­sances non dé­si­rées.

- Sup­pres­sion des nui­sances liées aux cha­leurs : pertes de sang, fugues amou­reuses, lac­ta­tions

ner­veuses, file in­ter­mi­nable de pré­ten­dants de­vant la mai­son.

- Pré­ven­tion des pa­tho­lo­gies clas­siques d'une fe­melle non sté­ri­li­sée : dia­bète, in­fec­tion

uté­rine, tu­meur mam­maire.

• In­con­vé­nients :

- La sté­ri­li­sa­tion étant un acte ir­ré­ver­sible, les pro­prié­taires doivent être cer­tains de ne pas vou­loir jouer les grands pa­rents gâ­teaux.

- La mo­di­fi­ca­tion du mé­ta­bo­lisme de l’ani­mal peut fa­vo­ri­ser cer­tains troubles comme l'obé­si­té. Mais pas de pa­nique ! Il existe une ali­men­ta­tion spé­ci­fique adap­tée aux fe­melles sté­ri­li­sées. De­man­dez con­seil à votre vé­té­ri­naire.

- Le coût éle­vé. Tou­te­fois, ren­sei­gnez-vous au­près de votre mu­tuelle, cer­taines d’entre elles prennent en charge le coût de cette in­ter­ven­tion.

- Dans cer­tains cas, on peut voir ap­pa­raître au bout de quelques an­nées, une in­con­ti­nence dite de cas­tra­tion. N’hé­si­tez pas à en par­ler à votre vé­té­ri­naire, il vous pro­po­se­ra un trai­te­ment mé­di­cal afin de re­mé­dier aux pe­tits pi­pis in­tem­pes­tifs.

CHEZ LE CHIEN

La cas­tra­tion de Môs­sieur consiste en l’abla­tion des tes­ti­cules et peut être réa­li­sée à tout âge. Cette in­ter­ven­tion l’em­pê­che­ra de re­peu­pler le quar­tier, néan­moins les pro­prié­taires peuvent la de­man­der pour dif­fé­rentes rai­sons. Bien sou­vent il s’agit de pa­lier à des pro­blèmes com­por­te­men­taux en­nuyeux : le­vage de pattes à tout va, agres­si­vi­té, hy­per li­bi­do ou en­core hy­per ac­ti­vi­té. Dans ces cas, une consul­ta­tion in­for­ma­tive s’im­pose afin de ju­ger de la per­ti­nence de l’in­ter­ven­tion. En ef­fet, cer­tains pro­prié­taires peuvent être dé­çus du ré­sul­tat, ces troubles du com­por­te­ment n’étant pas for­cé­ment liés à la pré­sence des « cou­cou­gnettes ».

• Avan­tages :

- Pas de des­cen­dance.

- Ré­duc­tion des com­por­te­ments gê­nants liés à une trop forte li­bi­do. - Pré­ven­tion de cer­taines pa­tho­lo­gies pros­ta­tiques.

• In­con­vé­nients :

- Mo­di­fi­ca­tion hor­mo­nale pou­vant pré­dis­po­ser le chien à l’obé­si­té. Mais comme pour la fe­melle sté­ri­li­sée, il existe une ali­men­ta­tion spé­ci­fique, adap­tée et pro­por­tion­nelle à son ac­ti­vi­té phy­sique.

• Autres contextes :

Si la sté­ri­li­sa­tion de conve­nance du chien et de la chienne est réa­li­sée à la de­mande des pro­prié­taires, elle est éga­le­ment pra­ti­quée dans un contexte :

- Mé­di­cal : tu­meur tes­ti­cu­laire, mo­nor­chi­die (tes­ti­cule non des­cen­due), pros­ta­tisme chez le mâle. In­fec­tion de l’uté­rus, kyste ova­rique chez la fe­melle.

- Lé­gal : obli­ga­tion de sté­ri­li­ser les ani­maux de pre­mière ca­té­go­rie.

• En pra­tique :

Une opé­ra­tion n’est ja­mais à prendre à la lé­gère. Tou­te­fois, la sté­ri­li­sa­tion et la cas­tra­tion sont des opé­ra­tions cou­rantes et sta­tis­ti­que­ment très sûres. Réa­li­sées sous anes­thé­sie gé­né­rale, ces in­ter­ven­tions né­ces­sitent une jour­née d'hos­pi­ta­li­sa­tion. Ras­su­rez-vous ! La dou­leur de votre pe­tite boule de poils est prise en charge par des an­ti-in­flam­ma­toires et des mor­phi­niques.

• A sa­voir :

D’un point de vue lé­gal, la sté­ri­li­sa­tion ou la cas­tra­tion est l'une des rares chi­rur­gies de conve­nance pour la­quelle le vé­té­ri­naire a une obli­ga­tion de ré­sul­tats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.