DI­VORCE

Tu vas chez pa­pa ou chez ma­man ?

City Pattes - - CHIENS & CHATS -

Ça y est ! Mes hu­mains di­vorcent ! Je le pres­sen­tais de­puis quelques temps dé­jà. Ba­lades plus brèves qu'à l'ac­cou­tu­mée, moins de ba­balles lan­cées et plein de pe­tites choses qui me font pen­ser que mes pa­rents de coeur ne peuvent plus se pif­fer !

Ce qui m'a fait (presque) sou­rire c'est le com­por­te­ment ca­nin de mes hu­mains : Ma­dame a en­vie de mordre Mon­sieur et Mon­sieur aboie sur Ma­dame sans dis­con­ti­nuer ! Je n'ai pas com­pris grand chose à leur his­toire si ce n'est que Mon­sieur a une maî­tresse ! Une maî­tresse ? Ça veut donc dire qu'il a lui aus­si une ma­man de coeur ? Une maî­tresse qui le sort (hi­hi­hi ! je l'ima­gine avec un col­lier au­tour du cou !) et qui lui pré­pare des bonnes pe­tites ga­melles ?

En tout cas, chez les hu­mains, ça n'a pas l'air bien d'avoir une maî­tresse car Mon­sieur vient d'évi­ter à l'ins­tant une CVNI (Cas­se­role Vo­lante Non Iden­ti­fiée) qui lui ar­ri­vait droit sur le nez ! Ma maî­tresse (la vraie) semble en­ra­gée et dit à mon pauvre maître : "Je de­mande le di­vorce et j'em­mène le chien avec moi !". Mi­nute pa­pillon...ça veut dire que je ne les ver­rai plus en­semble ? Et le chat ?

Qui va le prendre ?

QUE DIT LA LOI EN CAS DE RUP­TURE ?

Avant de par­ler de loi, il est tout à fait pos­sible (et idéal) de trou­ver un ter­rain d'en­tente entre les ex-conjoints. Il est im­por­tant de mettre son égo de cô­té et de dé­fi­nir ce qui est le mieux pour notre ani­mal. Vous vi­vez dans une mai­son avec jar­din et l'un de vous va prendre un stu­dio ? Il est pré­fé­rable que votre 4 pattes conserve son lieu de vie car il y pos­sède ses re­pères. Dé­fi­nis­sez des jours ou des week-ends où vous pour­rez pas­ser du temps avec lui. Certes, il est dif­fi­cile de ne plus voir son com­pa­gnon aus­si ré­gu­liè­re­ment mais il est es­sen­tiel de pen­ser à son bien-être avant tout ! La garde al­ter­née ? Pour­quoi pas si - en­core une fois

- le cadre de vie de votre boule de poils est pré­ser­vé (type d'ha­bi­tat, sor­ties ré­gu­lières...) car nos ani­maux sont très sen­sibles au dé­mé­na­ge­ment ! Si toute dis­cus­sion est im­pos­sible entre les ex-conjoints, il faut alors se ré­fé­rer à l’iden­ti­fi­ca­tion de l’ani­mal... car seule la per­sonne ins­crite sur le cer­ti­fi­cat de vente est "pro­prié­taire" de l'ani­mal.

SI VOTRE CHIEN/CHAT A ÉTÉ ACHE­TÉ PAR VOTRE COUPLE

Si le nom des deux conjoints fi­gure sur le cer­ti­fi­cat de vente (ou d'adop­tion) ou si vous êtes ma­riés sous le ré­gime de la com­mu­nau­té de biens, votre boule de poils ap­par­tient au couple. En cas de désac­cord, c’est le Juge aux Af­faires Fa­mi­liales qui de­vra tran­cher comme dans le cas de la garde d'en­fant. Il fau­dra donc prou­ver qui, dans la vie quo­ti­dienne, s’oc­cu­pait le plus de l’ani­mal et qui dis­pose des condi­tions d’ac­cueil et des res­sources les plus adap­tées au bien-être de votre com­pa­gnon.

L'EXEMPLE À SUIVRE DE L'ALAS­KA

L'alas­ka est le pre­mier État des États-unis à op­ter pour une lé­gis­la­tion qui in­vite les juges à prendre en consi­dé­ra­tion le « bien-être de l’ani­mal ». Un exemple à si­gna­ler car par­fois les pro­prié­taires "of­fi­ciels" des ani­maux ne sont pas tou­jours les plus aptes à as­su­rer la garde de leur com­pa­gnon. Comme le sou­ligne Da­vid Favre, pro­fes­seur de droit ani­ma­lier à l’uni­ver­si­té du Mi­chi­gan « Pour la pre­mière fois, un état donne une place à l’ani­mal du­rant le di­vorce, au-de­là du concept même de la pro­prié­té. Les juges dé­ci­de­ront en fonc­tion de ce qui est le mieux pour l’ani­mal et non plus seule­ment pour ses maîtres ». Cette nou­velle lé­gis­la­tion per­met éga­le­ment d’in­clure les ani­maux de com­pa­gnie dans les or­don­nances de pro­tec­tion contre la vio­lence do­mes­tique. Ain­si, les pro­prié­taires d’ani­maux sai­sis pour des cas de mal­trai­tance ou de cruau­té de­vront payer la pen­sion dans un re­fuge. Une belle avan­cée qui, nous le sou­hai­tons, se­ra sui­vie par de nom­breux pays. Mesdames et mes­sieurs les par­le­men­taires et sé­na­teurs… à vous de jouer pour que la cause ani­male soit en­ten­due !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.