La lo­ca­tion aus­si

City Ride - - La Une -

« Paris à vé­lo, c’est sym­pa » fait éga­le­ment de la lo­ca­tion de vé­lo. Il n’y a pas moins de 170 vé­los de ville 6 vi­tesses (Ar­cade), et VTT (Giant), sans ou­blier les tan­dems de marque an­glaise Circe. Ils sont soi­gneu­se­ment en­tre­te­nus après chaque sor­tie par Vic­tor et Adama.

Pour­tant, Michel Noé n’a ja­mais lâ­ché le mor­ceau. Pion­nier dans l’or­ga­ni­sa­tion de ba­lades gui­dées à vé­lo dans Paris, il par­vient à ob­te­nir de nom­breux ar­ticles de presse et re­por­tages té­lé qui éveillent la cu­rio­si­té des Pa­ri­siens. Mais c’est au­près de ses com­pa­triotes belges mais aus­si des Eu­ro­péens du Nord qu’il va trou­ver son sa­lut. « Hol­lan­dais, Belges, Da­nois… ont une vraie culture du vé­lo. Ils n’ont pas peur de se re­trou­ver au mi­lieu des voi­tures. Et lors de leur vi­site à Paris, ils sont nom­breux à nous avoir fait confiance pour dé­cou­vrir, trois heures du­rant, l’un ou l’autre des quar­tiers de la ca­pi­tale. » Ils consti­tuent en­core au­jourd’hui une grande part de la clien­tèle de la so­cié­té. En plus, Michel Noé parle fla­mand ! Mais par­mi les clients, on trouve éga­le­ment quelques Amé­ri­cains, grâce à un ar­ticle du New York Times, des Vé­né­zué­liens, mais aus­si des Fran­çais… et quelques Pa­ri­siens. « On a au­jourd’hui des de­mandes de la part de co­mi­tés d’en­tre­prise, mais aus­si d’écoles avec, par exemple, un pro­fes­seur d’his­toire qui sou­haite don­ner vie à son cours. » Outre le dé­ve­lop­pe­ment de la clien­tèle, ce qui fait le plus plai­sir à Michel Noé, c’est que les clients sont nom­breux à re­ve­nir. « Nous tra­vaillons dans une bonne am­biance et les clients le res­sentent. C’est notre force : ce­la fait une quin­zaine d’an­nées que nous tra­vaillons en­semble, nous sommes des co­pains. » Et sur­tout, ce n’est pas l’usine. La taille des groupes at­teint au grand maxi­mum vingt-cinq per­sonnes. « Mais dans la me­sure du pos­sible, on scinde en deux, ce­la est plus convi­vial et fa­vo­rise l’in­ter­ac­ti­vi­té entre le guide et les clients. » Notez bien que pour Michel Noé, cy­cliste pur et dur, les vi­sites sont main­te­nues, même les jours de pluie. Il prête alors une su­perbe cape jaune à ceux qui le dé­si­rent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.