Ta7­ri­ca­tion et lo­ca­tion

City Ride - - Tiqatla Pt -

entsg 2l qaut pen­ser f la ’es­tuelle et f la lo’is­ti­bue N y Aa concep­tion dvun street car’o ,iCe né­ces­site une mraie ré­q­leàion N he qait. amant î e de ’ui­der le client sur la par­tie c-cle. les deuà coD­qon­da­teurs de la so­cié­té mont dé­ter iner les e place ents des us­ten­siles en qonc­tion du t-pe dvac­ti­mi­té aqin de rendre cel­leD­ci la plus conqor­ta,le pos­si,leg «nsuite. le cjoià de la par­tie c-cle dé­pen­dra des o,xec­ti­qs du clientg 0er­tains au­ront une ac­ti­mi­té pres­bue sta­ti­bue en sor­tant leur en’in dvun ’ara’e pour le po­ser !è Etres plus loing hvautres cjoi­si­ront lvac­ti­mi­té a ,ulante dans le mrai sens du ter eg 2l leur qau­dra donc un c-cle trEs rou­lantg » hans le deuàiE e cas. nous dem­rons prendre en co pte le poids ’lo,al de lven’in lors de la concep­tiong 4ais buoi bu­vil en soit. on es­saie de ne xa ais qaire perdre au client la no­tion de o,ili­tég :n réa­lise donc du surD esu­reg y 6ne qois le proxet ,ien qi­ce­lé. icolas et ho­rian mont conce­moir. sur la ,ase dvun tri­por­teur ou ,ipor­teur eàis­tant. lvou­til de tra­mail idéalg » ous demons adap­ter les mé­los sur les­buels nous tra­maillons. tailler des caisses sur esu­reû y «t ce­la nvest pas touxours émident de conci­lier les né­ces­si­tés tec­j­ni­bues de lven’in amec les so­lu­tions tec­j­ni­bues eàis­tantes sur le arc­jég » he­puis deuà ans bue nous tra­maillons f la concep­tion de street car’o ,iCe. il ap­pa­raLt claire ent bue lvin­dus­trie jeàa’onale du mé­lo nvest pas pré­pa­rée f ce ’enre dvac­ti­mi­té. conqie ho­riang hu coup. on ne troume pas de piEces su­q­qiD sa ent so­lides pour ce ’enre de mé­log ous so es donc o,li’és dval­ler cjerc­jer des o-euà ou des re or­bues de lvautre c)té de lvkt­lan­ti­bue. arc­jé plus ro pu f ce ’enre dvac­ti­mi­tég 0vest do a’e. car ce­la ra­len­ti le dé­me­loppe ent des créa­tions de so­cié­tés écoD res­pon­sa,lesg y «t icolas dvaxou­ter. » il en ma de î e amec les oto­ri­sa­tions dis­po­ni,les en pre iEre onte sur les tri­por­teursg «lles ne sont pas du tout as­seI puis­santes pour ettre en oume ent une asse de !èè f !zè C’g hu coup. on ins­talle des oto­ri­sa­tions re­la­time ent rus­ti­bues f énor e ,o,ina’e en cuim­reg y âuoi bu­vil en soit. nos deuà xeunes créa­teurs dven­tre­prise es­saient au­tant bue qaire ce peu. de tra­mailler amec des até­riauà de ré­cu­pé­ra­tiong kuxourdv­jui. lvac­ti­mi­té est ,ien lan­cée ’r/ce f un ,on ,ouc­jeDfDo­reilleg » ous qa,ri­buons en­mi­ron deuà mé­los par ois buand il - a de la enui­se­rieg «nsuite nous réa­li­sa­tion pas al de oto­ri­sa­tion. ô f par oisg y 0ela peut pa­raLtre peu. ais auxourdv­jui. cette xeune so­cié­té au­to­qi­nan­cée de­mient renta,leg hvau­tant plus bue lvac­ti­mi­té de 0-clu­tile ne se li ite pas f la créa­tion de street car’o ,iCeg 2ls ont une deuàiE e ac­ti­mi­té. plus lo’is­ti­bue. bui consiste f ettre en place des parcs de mé­los pour les en­tre­pri­sesg » Aes so­cié­tés de ain­teD nance ou de trans­port sont qriandes de ce t-pe de mé­ji­cule. an­nonce ho­riang kmec ces en’ins. les di­ri’eants nvont plus f trou­mer de sa­la­riés pos­sé­dant f tout prià un per is de conduire N y 3ort de ce constat. les deuà xeunes en­tre­pre­neurs ont dé­ci­dé de ettre en place une ac­ti­mi­té de lo­ca­tion de tri­por­teurs €trois f cinb plus une re or­bueê pour les dé éna’e ents f mé­log ous ces triD por­teurs élec­tri­qiés se­ront loués au prià de (è 5 xourg 0o pteI zè 5 pour la re or­bueg «t co e le sou­li’ne si ,ien ho­rian. » dé éna’er f mé­lo cvest plus qun pour un co t sur deuà ou trois xours un peu in­qé­rieur f ce­lui dvune ca ion­nette. ais amec un aman­ta’e consi­déD ra,le … se ’arer xuste en ,as N y

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.