La pra­tique du vé­lo contri­bue, dans le cadre de l’adop­tion d’un mode de vie plus sain, de ré­duire de 26% le risque de mor­ta­li­té après l’in­farc­tus et de 46% le risque de ré­ci­dive.

City Ride - - Santé -

de 7 à 9 km s’ef­fec­tuent ai­sé­ment en une de­mie heure. Al­ler/retour, ce­la

fe­ra une heure d’ac­ti­vi­té par jour sans prendre sur le temps de tra­vail ou

la vie de fa­mille. de plus, les avan­tages de la pra­tique quo­ti­dienne du vé­lo

sont nom­breux sur le plan de la san­té. ex­cellent sti­mu­lant pour le coeur, il

va per­mettre d’amé­lio­rer son en­du­rance car­diaque et mus­cu­laire. en ef­fet,

le vé­lo sol­li­cite de très nom­breux muscles : ab­dos, pec­to­raux, bras, fes­siers

et, bien évi­dem­ment les jambes ! Bien sûr, en fonc­tion de son âge, il ne

se­ra pas pra­ti­qué avec la même in­ten­si­té. Par ailleurs, la pra­tique du vé­lo

est par­ti­cu­liè­re­ment re­com­man­dée chez la femme mé­no­pau­sée, su­jette à

l’os­téo­po­rose. Le dr Phi­lippe Coucke ex­plique ce­la par le fait que « d’un

point de vue mé­ca­nique, la sti­mu­la­tion mus­cu­lo-ten­di­neuse exerce des

trac­tions sur l'os, ce qui fa­vo­rise sa re­mi­né­ra­li­sa­tion. de plus, l’ac­ti­vi­té

phy­sique a un ef­fet bé­né­fique sur les troubles de l'hu­meur, elle est source

de bien-être et d'apai­se­ment. » La gente fé­mi­nine ap­pré­cie­ra éga­le­ment

les bien­faits de la pra­tique ré­gu­lière du vé­lo pour lut­ter contre la cel­lu­lite :

le mou­ve­ment de flexion-ex­ten­sion relance la cir­cu­la­tion et fait tra­vailler

les muscles pro­fonds, idéal pour amé­lio­rer la cir­cu­la­tion… dans le même

temps, la pra­tique du vé­lo per­met de gal­ber et d’af­fi­ner la sil­houette !

enfin, la pra­tique ré­gu­lière du vé­lo a un ef­fet po­si­tif, se­lon les nom­breuses

études scien­ti­fiques me­nées dans ce do­maine ces der­nières an­nées, sur

les risques de dia­bète, d’obé­si­té et d’hy­per­ten­sion.

Cer­tains di­ront que la pra­tique du vé­lo en ville est dan­ge­reuse ! Une

idée fausse si on en croit les ré­sul­tats de l’étude réa­li­sée par l’Agence

Ré­gio­nale de San­té et la Ré­gion ile-de-France qui cor­rèle les ré­sul­tats

de l’étude réa­li­sée par Hill­man, un cher­cheur bri­tan­nique. Ces études

ré­vèlent que, mal­gré les risques (chute, cir­cu­la­tion en ville…), les

bé­né­fices sur la san­té sont 20 fois su­pé­rieurs aux risques. On es­time

même que la sé­den­ta­ri­té cause chaque an­née, 10 fois plus de dé­cès

que les ac­ci­dents de la route !

La pra­tique ré­gu­lière du vé­lo est donc re­com­man­dée par le monde

mé­di­cal pour les jeunes mais aus­si pour les se­niors. Ce­la leur per­met

d’ef­fec­tuer de belles sor­ties tout en tra­vaillant leur équi­libre, ce qui va

ai­der à lut­ter contre les risques d’Alz­hei­mer ou de Par­kin­son. et pour

ceux qui craignent la chute, il est pos­sible d’uti­li­ser des tri­cycles. No­tons

enfin l’ini­tia­tive du ser­vice de car­dio­lo­gie de l’hô­pi­tal Gen­vois : les res-

pon­sables ont pro­po­sé à 20 pa­tients vic­times d’une crise car­diaque de

par­cou­rir, en deux jours, le tour du Lac Lé­man à VAe. L’ob­jec­tif était de

mon­trer qu’après un in­farc­tus, la vie ne s’ar­rête pas. La pra­tique du vé­lo

contri­bue, dans le cadre de l’adop­tion d’un mode de vie plus sain, de

ré­duire de 26% le risque de mor­ta­li­té après l’in­farc­tus et de 46% le

risque de ré­ci­dive. Alors, n’hé­si­tez plus, rou­lez !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.