Les choses simples sont souvent les meilleures

Le De­but E-Ma­tic de chez Thir­tyone n’est pas une nou­veau­té, loin de là ! Dis­po­nible de­puis deux ans sur le mar­ché, ce vé­lo a su sé­duire de nom­breux uti­li­sa­teurs, et pour cause : son de­si­gn ori­gi­nal et sa sim­pli­ci­té d’uti­li­sa­tion conviennent par­fai­te­ment a

City Ride - - Essais -

Pré­sen­té pour la pre­mière fois à Pa­ris en oc­tobre 2013, le De­but E-Ma­tic nous avait im­mé­dia­te­ment sé­duit par son de­si­gn ori­gi­nal, mais aus­si par l’idée par­ti­cu­lière que s’en fai­saient ses dé­ve­lop­peurs. Leur ob­jec­tif était de réa­li­ser un vé­lo conçu pour les dé­pla­ce­ments ur­bains qui al­lie la per­for­mance au cô­té pra­tique. Pour ce­la, le De­but E-Ma­tic se de­vait non seule­ment d’être à la pointe de la tech­no­lo­gie, mais aus­si simple et fiable. Au­jourd’hui, après avoir tes­té ce vé­lo, on peut vous dire que le pa­ri est réus­si. Tout com­mence au ni­veau du cadre. Do­té de tubes en alu­mi­nium 6061, trai­tés T4 et T6, ils ga­ran­tissent ré­sis­tance et plai­sir de conduite. Mais c’est l’équi­libre des masses qui sur­prend le plus sur ce vé­lo. En po­si­tion­nant la bat­te­rie sous le porte-ba­gages avant, les in­gé­nieurs ont par­fai­te­ment réus­si à contre­ba­lan­cer le poids du mo­teur si­tué dans la roue ar­rière. Ain­si équi­li­bré, le vé­lo reste par­fai­te­ment ma­niable. Une ca­rac­té­ris­tique ac­crue par le fait que le porte-ba­gages, mé­lan­geant de fa­çon élé­gante le bois et l’alu­mi­nium, est in­dé­pen­dant de la di­rec­tion. Même char­gé, le vé­lo de­meure ma­noeu­vrable. En re­vanche, at­ten­tion de ne pas po­ser d’ob­jets trop hauts, ce­la en­tra­ve­rait le rayon de bra­quage, les le­viers de frein ta­pant dans le pa­quet. Ces le­viers sont d’ailleurs les seuls ob­jets pré­sents au ni­veau du poste de pi­lo­tage, en plus de la son­nette : ici, point de ma­nettes de chan­ge­ment de vi­tesses, ni de console pour contrô­ler l’as­sis­tance. Ce vé­lo est tout au­to­ma­tique et ce­la li­bère l’es­prit en ville. Pour pro­fi­ter plei­ne­ment du De­but E-Ma­tic, il suf­fit d’al­lu­mer la bat­te­rie et de pé­da­ler. Dès le pre­mier coup de pé­dale, l’en­semble est pro­pul­sé par le mo­teur Sram E-Ma­tic lo­gé dans le moyeu de la roue ar­rière. Quelle que soit la to­po­gra­phie du ter­rain, le mo­teur four­nit la puis­sance né­ces­saire pour fi­ler sans ef­fort su­per­flu. L’as­sis­tance est très li­néaire et ef­fi­cace, mais elle n’est pas très joueuse. Par ailleurs elle est as­sez bruyante. Mais au mi­lieu de la cir­cu­la­tion, on ne l’en­tend pas. Au ni­veau de la trans­mis­sion, le vé­lo dis­pose de deux vi­tesses dans le moyeu. Lorsque l’on at­teint une vi­tesse en­vi­ron­nant les 15 km/h, le deuxième rap­port passe au­to­ma­ti­que­ment. Une fois lan­cé, comp­tez un de­mi-tour de pé­da­lier, le vé­lo file ! La po­si­tion de pi­lo­tage est agréable et le confort est bien là. Les roues de 26 pouces le rendent vif et vrai­ment fa­cile à ma­nier. Cer­tains re­gret­te­ront que le vé­lo ne pos­sède pas de comp­teur de vi­tesses. Mais pour notre part, nous avons tel­le­ment ap­pré­cié la so­brié­té de l’en­semble que ce­la ne nous a pas dé­ran­gé. D’au­tant plus que la per­for­mance, elle, est bien là ! Il existe une ver­sion clas­sique qui re­çoit, à la place de la bat­te­rie, une “boîte à gants”.

Ce vé­lo est tout au­to­ma­tique, et ce­la li­bère l’es­prit en ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.