« Le vé­lo, ça me dé­tend ! »

Voi­là main­te­nant près de 14 ans qu’Yvon Le Gall, in­for­ma­ti­cien, par­court au quo­ti­dien les 17 ki­lo­mètres qui sé­parent son domicile de son lieu de tra­vail à vé­lo. Et pour rien au monde il ne re­vien­drait sur ce mode de trans­port qui lui ap­porte de la sé­ré­nit

City Ride - - Vie Quotidienne -

Pen­dant des an­nées, yvon Le Gall a eu re­cours aux tran­sports en com­mun d’ile-de-France pour se rendre au tra­vail. et puis, en mars 2002, une fois n’est pas cou­tume, une grève des tran­sports a pa­ra­ly­sé sa ré­gion. Ce fut le dé­clic. etant dans l’in­ca­pa­ci­té de se rendre sur son lieu de tra­vail en ReR puis en mé­tro comme à l’ac­cou­tu­mée, il a pris son vé­lo. de­puis ce jour, il ne l’a plus lâ­ché et il ne le re­grette pas. « De­puis cette date, j’ai bien dû par­cou­rir près de 100 000 km à vé­lo à rai­son de 34 km cinq jours par se­maine. J’ai usé quatre vé­los, mais je ne le re­grette ab­so­lu­ment pas. Je suis beau­coup moins stres­sé qu’avant. » Certes, les dé­buts n’ont pas été fa­ciles. Vi­vant à dran­cy, yvon Le Gall ne connaît pas bien Pa­ris. Aus­si, il a beau­coup tâ­ton­né pour dé­ni­cher l’iti­né­raire qui lui conve­nait le mieux pour re­joindre le 14e ar­ron­dis­se­ment de la ca­pi­tale. « Et au­jourd’hui, je l’ai trou­vé ! Ce n’est certes pas le plus tran­quille puis­qu’il se si­tue sou­vent sur de grands axes (place de la Ré­pu­blique, place Saint-Mi­chel). Mais il y a presque tou­jours des pistes cy­clables et j’en maî­trise main­te­nant toutes les vi­cis­si­tudes. » Mais le plus re­mar­quable, c’est qu’il le fait tous les jours, quelle que soit la mé­téo. et il l’uti­lise éga­le­ment pour se rendre à cer­tains ren­dez-vous lorsque ce­la est pos­sible. Cer­tains s’ima­gi­ne­ront sans doute que pour se lan­cer dans une telle en­tre­prise, mon­sieur Le Gall était un pas­sion­né du vé­lo. Mais dans les faits, c’est plu­tôt la marche à pied qui le sé­duit. il a éga­le­ment adhé­ré à un club de la FFCt pen­dant deux ans, mais l’am­biance ne l’a pas vrai­ment sé­duit et il pei­nait sou­vent à suivre ses ca­ma­rades de sortie. « Moi ce qui m’in­té­resse avant tout dans le vé­lo, c’est la ba­lade, pas de réa­li­ser un chro­no. D’ailleurs, au­jourd’hui, pour par­cou­rir mes 17 ki­lo­mètres, je mets une heure. Au­tant dire que j’adopte une al­lure tran­quille ! En re­vanche, je suis tou­jours si­dé­ré par les risques que prennent cer­tains cy­clistes en ville. Pas sûr que le jeu en vaille la chan­delle ! » Pour ses tra­jets à vé­lo, yvon porte le cuis­sard ou le col­lant se­lon la sai­son, ain­si qu’un maillot cycliste pour la res­pi­ra­bi­li­té. « J’ai la chance, lorsque j’ar­rive sur mon lieu de tra­vail, de pou­voir sta­tion­ner mon vé­lo dans un par­king fer­mé et de pou­voir me chan­ger. En re­vanche, il n’y a pas de douche. C’est aus­si une des rai­sons pour les­quelles je ne force pas l’al­lure. » en hi­ver, il en­file sys­té­ma­ti­que­ment sa veste jaune bar­dée de pièces ré­tro-ré­flé­chis­santes. en le voyant ar­ri­ver dans cette te­nue il y a 14 ans de ce­la, ses col­lègues se mon­traient éton­nés. Mais au­jourd’hui, ce­la pa­raît ba­nal. Néan­moins, yvon n’a pas fait beau­coup d’émules au sein de son en­tre­prise. Son sou­ve­nir le plus mar­quant, sa chute dans le Ca­nal de l’Ourcq : il fai­sait nuit et il lon­geait le ca­nal au plus près pour évi­ter les se­cousses dues aux pa­vés. A un mo­ment, sa roue s’est blo­quée et il est tom­bé dans l’eau froide de l’hi­ver. « Heu­reu­se­ment qu’un pas­sant a pu m’ai­der à re­mon­ter sur le quai ! »

LE VÉ­LO D’YVON LE GALL Au­jourd’hui, Yvon Le Gall pos­sède un vé­lo fit­ness, un T23 F de 2012 de chez Or­bea. Il pos­sède 3 pla­teaux et 7 pi­gnons et des freins à pa­tin. Il l’a mon­té avec des pneus Du­ra­no Plus de chez Sch­walbe et de­puis deux ans, il n’a pas eu une seule cre­vai­son. Il pos­sède éga­le­ment un comp­teur et une son­nette I love Bike. En hi­ver, il monte une sa­coche sur le gui­don pour y ran­ger son cache-cou ou sa veste coupe-vent.

Chaque tri­mestre, Ci­ty Ride a dé­ci­dé de vous li­vrer le té­moi­gnage de per­sonnes ayant fait le choix du vé­lo pour leurs dé­pla­ce­ments quo­ti­diens. Pour ce faire, nous avons be­soin de vos té­moi­gnages, par cour­rier, mail ou té­lé­phone. Ob­jec­tif, com­prendre ce qui vous a pous­sé à faire ce choix et faire vivre votre ex­pé­rience quo­ti­dienne : votre tra­jet, les faits in­so­lites, par­fois vos peurs… N’hé­si­tez pas à nous contac­ter sur con­tact@ci­ty­ride.fr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.