AT Zwei­rad, vous connais­sez ? Non pas vrai­ment, et pour­tant, en 50 an­nées d’exis­tence, cette so­cié­té al­le­mande s’est im­po­sée comme un ac­teur in­con­tour­nable dans le monde du vé­lo. Pré­sente en France de­puis 5 ans avec la marque Vé­lo de Ville, elle vient d’i

City Ride - - Visite -

C'est en 1966 qu'Al­bert Thie­mann crée, avec un de ses amis, la so­cié­té AT Zwei­rad à Al­ten­berge, une pe­tite com­mune de la Rhé­na­nie­du-Nord-West­pha­lie, si­tuée à quelques ki­lo­mètres de la ville étu­diante de Müns­ter et à une cin­quan­taine de ki­lo­mètres des Pays-Bas. Pro­fi­tant de cette proxi­mi­té, il dé­bute son ac­ti­vi­té en im­por­tant des vé­los de marques hol­lan­daises comme Co­vé ou Vee­no avant de pas­ser en mode pro­duc­tion. Puis, pro­fi­tant des chocs pé­tro­liers des an­nées 70 qui in­citent les Al­le­mands à se re­mettre au vé­lo (on ver­ra même à cette époque des vé­los em­prun­ter les au­to­routes), il va aug­men­ter sa pro­duc­tion. AT Zwei­rad fa­brique alors des vé­los pour le compte des mar­chands de cycles lo­caux qui sou­haitent vendre des pro­duits sous leur nom. C’est la rai­son pour la­quelle on trouve en­core au­jourd’hui dans la ré­gion, des vé­los is­sus de l’usine AT Zwei­rad mais ven­dus sous dif­fé­rentes ap­pel­la­tions. marque ! Mais là où le groupe AT Zwei­rad va se dif­fé­ren­cier de ses concur­rents, c’est en pro­po­sant, dans les an­nées 90, des vé­los jus­qu'en taille 72 ! Ce fai­sant, elle s’adapte à la mor­pho­lo­gie, plu­tôt im­po­sante, des Al­le­mands du nord. Et elle est al­lée en­core plus loin en pro­po­sant un pro­gramme spé­ci­fique, nom­mé "Hap­py size" (tou­jours en vi­gueur au­jourd’hui) qui pro­duit des vé­los ca­pables de sup­por­ter des cy­clistes de 160kg et plus! Elle pro­pose éga­le­ment un cadre de vé­lo à taille unique, le Una. Il s’agit d’un vé­lo à en­jam­be­ment bas pou­vant conve­nir à un très grand nombre de per­sonnes. Le suc­cès est au rendez-vous… Tou­jours dans un sou­ci de ré­pondre aux de­mandes les plus di­verses de la part de ses clients, le fa­bri­cant ouvre en 1998 son pre­mier centre d'émaillage. Ce­la lui per­met de pro­po­ser des di­zaines de co­lo­ris dif­fé­rents. Ce n’est qu'en 2006 qu’ap­pa­raît en­fin la marque Vé­lo de Ville. Ce nom à conso­nance fran­co­phone s'ex­plique, bien sûr, en par­tie par les ori­gines fran­çaises de sa Di­rec­trice Gé­né­rale, mais aus­si par le fait que, pour les Al­le­mands, les termes à conso­nance fran­çaise évoquent tou­jours une part de rêve. Après s’être im­po­sé sur le mar­ché al­le­mand, Vé­lo de Ville a dé­bu­té son ex­pan­sion eu­ro­péenne en pé­né­trant le mar­ché fran­çais en 2011. C’est par le biais des loueurs de vé­lo que la marque s’est im­plan­tée dans un pre- mier temps avant d’entrer pro­gres­si­ve­ment dans les ma­ga­sins de cycle. Et de marque confi­den­tielle en 2011, Vé­lo de Ville est en train de s’im­po­ser comme l’un des ac­teurs im­por­tants du mar­ché du cycle fran­çais. L’an­née 2016 pour­rait même se ré­vé­ler par­ti­cu­liè­re­ment faste pour la marque sur le ter­ri­toire hexa­go­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.