Tout vé­lo fa­bri­qué est dé­jà ven­du

City Ride - - Visite -

pondre dans de bonnes condi­tions à l’aug­men­ta­tion de la pro­duc­tion. Ma­dame Edith Thie­mann qui a re­pris la di­rec­tion de l’en­tre­prise au dé­cès de son ma­ri en col­la­bo­ra­tion avec son beau-fils Vol­ker Thie­mann, en­tame donc les dé­marches pour construire une nouvelle usine de 8500m² qui a ou­vert ses portes au dé­but de l’an­née 2015. Nous avons eu la chance de dé­cou­vrir ce nou­veau bâ­ti­ment à l’oc­ca­sion de la fête or­ga­ni­sée pour les 50ans de l’en­tre­prise. Bien sûr, à cette oc­ca­sion, les chaînes de mon­tage étaient à l’ar­rêt, mais vous com­pren­drez en re­gar­dant les pho­tos que tout a été mis en oeuvre pour of­frir des condi­tions de pro­duc­tion op­ti­males. A l’in­té­rieur de ces lo­caux flam­bants neufs, on trouve donc, des bu­reaux ad­mi­nis­tra­tifs clairs et fonc­tion­nels, un sho­wroom pour les pro­fes­sion­nels, un grand ma­ga­sin d'usine dans le­quel les prix pra­ti­qués sont iden­tiques à ceux des com­mer­çants afin de ne pas pé­na­li­ser ces der­niers, un es­pace SAV, du sto­ckage de pièces, un centre d'émaillage à base de poudre époxy et deux lignes de pro­duc­tion. Com­munes dans un pre­mier temps pour l'as­sem­blage des pre­miers élé­ments du vé­lo : cadre, fourche, cintre, po­tence ou en­core et câ­ble­rie, elles se scindent en­suite en deux. La pre­mière se dé­die au mon­tage des vé­los clas­siques, alors que la se­conde est consa­crée aux vé­los à as­sis­tance élec­trique, pour sa­tis­faire aux exi­gences par­ti­cu­lières du mon­tage des dif­fé­rents mo­teurs (Bosch, Shi­ma­no, Pa­na­so­nic et Ans­mann). En­tiè­re­ment mé­ca­ni­sée, chaque ligne fait avan­cer les vé­los afin qu'ils passent entre les dif­fé­rents postes. on re­mar­que­ra que sur ces lignes de mon­tage, les vé­los se pré­sentent la plu­part du temps à l'en­vers, pour fa­ci­li­ter le mon­tage. Par ailleurs, la se­conde par­tie de la ligne de mon­tage est en­tiè­re­ment hy­drau­lique pour per­mettre à chaque tech­ni­cien d’adap­ter la hau­teur de son poste de tra­vail à sa conve­nance. Les roues, elles, sont mon­tées dans une zone si­tuée à proxi­mi­té des lignes d'as­sem­blage. Le mon­tage des rayons est confié à des per­sonnes han­di­ca­pées. La pre­mière per­sonne s'oc­cupe de rayon­ner les moyeux tan­dis que la se­conde fixe les rayons sur les cercles de jante. Une fois la jante ter­mi­née, elle passe dans une cen­treuse au­to­ma­tique, où chaque rayon est ser­ré pour gé­né­rer un ali­gne­ment par­fait du cercle de la jante. La to­lé­rance est de 0,4, ce qui est ex­trê­me­ment faible. Les jantes partent en­suite vers un nou­veau poste où elles vont être équi­pées de pneus. Après avoir pas­sé une der­nière étape de ré­glage, le vé­lo est di­rec­te­ment em­bal­lé et en­car­ton­né. Ici, pas de sto­ckage, chaque vé­lo pro­duit est dé­jà ven­du. Ils sont im­mé­dia­te­ment char­gés dans un ca­mion, qui par­ti­ra le jour même. Après avoir pas­sé com­mande de son vé­lo chez son re­ven­deur, le client re­ce­vra sa mon­ture dans un dé­lai de trois se­maines, ce qui est re­la­ti­ve­ment court… Avec la per­son­na­li­sa­tion, c’est l’une des clés de la réus­site de Vé­lo de Ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.