Re­tour à l’école

City Ride - - Pratique -

Que ce soit dans la vie do­mes­tique, lors d’une ac­ti­vi­té spor­tive ou dans des cir­cons­tances ex­cep­tion­nelles, on peut tous être té­moin d’un ac­ci­dent né­ces­si­tant d’agir en ur­gence. Les fran­çais dans leur en­semble es­timent pour ce­la qu’il est es­sen­tiel de se for­mer aux pre­miers se­cours. Pour­tant, au­jourd’hui, moins de 10% de la po­pu­la­tion a sui­vi une for­ma­tion. Si l’on ajoute à ce­la le per­son­nel mé­di­cal, la fé­dé­ra­tion fran­çaise de car­dio­lo­gie es­time que seule 17% de la po­pu­la­tion fran­çaise est ini­tiée aux pre­miers se­cours et à l’usage d’un dé­fi­bril­la­teur (contre 95% chez les Nor­vé­giens). une inep­tie quand on sait que chaque an­née 10 000 vies pour- raient être épar­gnées si les té­moins sa­vaient agir ef­fi­ca­ce­ment ! Aler­ter les se­cours, mas­ser, dé­fi­bril­ler, trai­ter les hé­mor­ra­gies sont les gestes es­sen­tiels d’ur­gence qui peuvent être pra­ti­qués lors d’ac­ci­dents. Pour les ap­prendre, plu­sieurs or­ga­nismes pro­posent ce type de for­ma­tion. Moyen­nant un coût com­pris entre 50 et 75 € et une jour­née de son temps, de nom­breuses as­so­cia­tions agréées telles que la Croix-Rouge, la Pro­tec­tion Ci­vile, les sa­peurs-pom­piers voire la Croix Blanche en mon­tagne ou la So­cié­té Na­tio­nale de Sau­ve­tage en Mer, vous forment aux gestes qui sauvent. Pour notre part, dans le cadre de cet ar­ticle, c’est au­près de la CroixRouge que nous avons sui­vi la for­ma­tion. Celle-ci dé­bute à 9 heures pour s’ache­ver à 18 heures. une pre­mière heure est consa­crée à une par­tie in­ti­tu­lée « se pré­pa­rer à la ca­tas­trophe ». elle ap­porte des conseils pour se pré­pa­rer et faire face à des évé­ne­ments tels que des inon­da­tions, des trem­ble­ments de terre ou des tem­pêtes. très théo­rique, elle se ré­vèle néan­moins in­for­ma­tive. Concer­nant la par­tie pre­miers se­cours en elle-même, elle dure en­vi­ron 6 heures et com­bine théo­rie, pra­tique et exer­cices en si­tua­tion. on y ap­prend à agir en cas d’in­cen­die, d’ac­ci­dent élec­trique ou de la cir­cu­la­tion, mais aus­si en cas d’étouf­fe­ment d’une per­sonne (adulte et nour­ris­son), d’hé­mor­ra­gie, de perte de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.