Vive la li­ber­té

Agé d’une qua­ran­taine d’an­nées, Syl­vain Bé­naim est un in­con­di­tion­nel du vé­lo au quo­ti­dien de­puis 9 ans. Que ce soit pour ses dé­pla­ce­ments ou pour ses loi­sirs, il trouve tou­jours une bonne rai­son de sor­tir son vé­lo.

City Ride - - Vie Quotidienne - Syl­vain Be­naim

il y a neuf ans de ce­la, alors qu’il ha­bi­tait en ré­gion pa­ri­sienne, Syl­vain Bé­naim n’au­rait ja­mais ima­gi­né se dé­pla­cer au quo­ti­dien à vé­lo. et puis un jour, il a dé­mé­na­gé, à Tours et là, ce fut la ré­vé­la­tion. « La ville de Tours, dans son centre, est une com­mune as­sez plate, idéale pour le vé­lo. Les élus lo­caux en ont bien conscience et dé­ve­loppent des in­fra­struc­tures in­tel­li­gentes pour dé­ve­lop­per les modes de dé­pla­ce­ments doux. » et comme en pa­ral­lèle la circulation au­to­mo­bile dans le centre-ville est dé­li­cate et les places de sta­tion­ne­ment trop rares, c’est tout na­tu­rel­le­ment que Syl­vain Bé­naim a pen­sé au vé­lo. « La dis­tance entre mes lieux d’ha­bi­ta­tion et de tra­vail n’ex­cé­dant pas les 8 km al­ler/re­tour, je me de­vais d’es­sayer au moins une fois l’ex­pé­rience. Et au­jourd’hui, je l’uti­lise tous les jours quel que soit le temps. Seule la neige a rai­son de ma motivation, ça glisse trop ! Mais le reste du temps, al­ler tra­vailler à vé­lo, ce­la consti­tue un confort in­croyable. » d’au­tant plus que Syl­vain a la chance de pou­voir ga­rer son vé­lo sous un auvent, juste en face de son bu­reau. « Ain­si, mon vé­lo est bien pro­té­gé des in­tem­pé­ries. » Con­cer­nant la pro­tec­tion contre le vol, fléau as­sez ré­pan­du dans la ville de tours, Syl­vain ne lé­sine pas. « J’ai deux an­ti­vols de qua­li­té et j’ai fait gra­ver mon vé­lo, pro­fi­tant d’une cam­pagne en fa­veur du Bi­cy­code. » et pour sa sé­cu­ri­té per­son­nelle, là aus­si rien n’est lais­sé au ha­sard. « Je mets tou­jours un casque et dès que la nuit ar­rive, j’en­file mon gi­let jaune. » Ce père de fa­mille a donc in­ves­ti dans un Vé­lo Kal­koff Voya­ger sur le­quel il a ins­tal­lé un siège en­fant sur le porte-ba­gages ar­rière, et un pa­nier sur l’avant. « Ce­la me per­met de ré­cu­pé­rer mes en­fants à l’école. J’ins­talle le plus jeune dans son siège alors que les deux autres suivent en trot­ti­nette. Quant au pa­nier, c’est tou­jours très utile lorsque je m’ar­rête pour faire quelques courses en ren­trant. » et lors­qu’on lui de­mande pour­quoi les deux plus grands ne sont pas à vé­lo, il ré­pond tout sim­ple­ment : « C’est ma femme qui dé­pose les en­fants à l’école le ma­tin en voi­ture. Il est alors plus fa­cile de mettre deux trot­ti­nettes dans le coffre que deux vé­los. Mais dès qu’ils en ont l’oc­ca­sion, ils montent sur leur vé­lo. » ils par­ti­cipent ain­si ré­gu­liè­re­ment aux balades fa­mi­liales or­ga­ni­sées men­suel­le­ment par le col­lec­tif Cy­cliste 37, sans ou­blier la ran­don­née noc­turne du mois de juillet. en outre, Syl­vain ac­com­pagne ré­gu­liè­re­ment sa femme lors­qu’elle s’en­traîne pour des ma­ra­thons sur les bords de la Loire à vé­lo. Bref, toutes les oc­ca­sions sont bonnes au­jourd’hui pour al­ler rou­ler à vé­lo et se sen­tir libre comme l’air, tout en res­pec­tant les règles de sé­cu­ri­té.

LE VÉ­LO DE SYL­VAIN C’est un Kal­khoff Voya­ger équi­pé d’un éclai­rage fonc­tion­nant grâce à une dy­na­mo dans le moyeu. Il est équi­pé de 8 vi­tesses dans le moyeu ar­rière. Syl­vain l’a équi­pé, en plus du siège-en­fant et du pa­nier, d’une son­nette bien so­nore.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.