Pro­té­ger sa peau Après un ef­fort, il convient de bien hy­dra­ter sa peau de l’in­té­rieur et de l’ex­té­rieur

Froid, so­leil, vent, trans­pi­ra­tion, pol­lu­tion… Au­tant d’élé­ments qui mettent à mal la peau du spor­tif. Il convient donc de la pro­té­ger ef­fi­ca­ce­ment avant et après l’ef­fort pour lui évi­ter un vieillis­se­ment pré­ma­tu­ré.

City Ride - - Sante -

Avant chaque sor­tie, il est re­com­man­dé de pro­té­ger sa peau des rayons Uv qui, même lorsque le ciel est cou­vert, passent à tra­vers les nuages. ne pas hé­si­ter à en­duire toutes les par­ties dé­cou­vertes du corps d’une crème so­laire adap­tée. Mais les rayons Uv ne sont pas les seuls en­ne­mis de la peau. Le froid aus­si, en la des­sé­chant, peut en al­té­rer l’élas­ti­ci­té. Et ce des­sè­che­ment est ac­cru avec l’ef­fort et la perte d’eau liée à la trans­pi­ra­tion. Bi­lan, après l’ef­fort, la peau ti­raille, oc­ca­sion­nant une sen­sa­tion de brû­lure. Aus­si, en choi­sis­sant sa pro­tec­tion an­ti-Uv, on vé­ri­fie­ra éga­le­ment le pou­voir hy­dra­tant de la crème. Si pos­sible, on pri­vi­lé­gie­ra les soins à base d’eau ther­male aux pro­prié­tés apai­santes, an­ti-in­flam­ma­toires, an­ti­oxy­dantes et an­ti­pol­lu­tion. ils fa­vo­ri­se­ront la ré­pa­ra­tion du film hy­dro­li­pi­dique de sur­face. Mais la peau n’est pas la seule à souf­frir. Les che­veux aus­si souffrent sous les ef­fets du so­leil, du froid et le la pol­lu­tion. S’il n’y a pas grand-chose à faire pour les pro­té­ger pen­dant l’ef­fort, il convient d’en prendre soin après. Mais at­ten­tion ! Si la ten­ta­tion est grande de les la­ver, il est re­com­man­dé d’uti­li­ser un sham­poing à sec. Les sham­poings clas­siques, uti­li­sés de ma­nière trop fré­quente, pro­voquent une sur­pro­duc­tion de sé­bum et les rendent gras. no­tons qu’à l’oc­ca­sion d’une sor­tie vé­lo en fa­mille, il est in­utile de se ma­quiller. En ef­fet, l’as­so­cia­tion sport et ma­quillage est vi­ve­ment dé­con­seillée par les der­ma­to­logues car, si les pores de­meurent bou­chés sous le fond de teint, les toxines ne s’éva­cue­ront pas par le biais de la trans­pi­ra­tion et notre peau ne res­pi­re­ra pas conve­na­ble­ment… Et ce­la peut en­gen­drer l’ap­pa­ri­tion de points noirs, de bou­tons et de pores di­la­tés. De re­tour à la mai­son après une jour­née de tra­vail ou une sor­tie do­mi­ni­cale à vé­lo en fa­mille, la peau né­ces­site en­core un soin par­ti­cu­lier. Si on a le temps, le mieux c’est de prendre une bonne douche pour dé­tendre les muscles et éli­mi­ner la trans­pi­ra­tion. Si l’oc­ca­sion se pré­sente, on peut éga­le­ment pas­ser quelques ins­tants au ham­mam pour se li­bé­rer des ten­sions mus­cu­laires. pour la douche, il convient de choi­sir la bonne tem­pé­ra­ture : ni trop chaud, ni trop froid. Une tem­pé­ra­ture de l’eau trop éle­vée em­pê­che­ra la trans­pi­ra­tion de s’éva­cuer et l’or­ga­nisme de re­froi­dir au risque de pro­vo­quer une

ac­cé­lé­ra­tion du rythme car­diaque. in­ver­se­ment, de l’eau trop froide peut pro­vo­quer un choc ther­mique et blo­quer l’éli­mi­na­tion des toxines. L’idéal, c’est de prendre une douche tiède ! En­suite, on hy­drate. pour ceux qui n’ont pas le temps de prendre une vraie douche après l’ef­fort, il n’en de­meure pas moins qu’il est es­sen­tiel de net­toyer la peau à l’aide par exemple de lin­gettes im­pré­gnées de lo­tion mi­cel­laire puis d’une lo­tion to­nique pour éli­mi­ner toutes les im­pu­re­tés. En­suite, là aus­si on hy­drate en évi­tant les crèmes trop grasses. En ef­fet, la peau va conti­nuer à trans­pi­rer pen­dant au moins deux heures après l’ar­rêt de l’ef­fort. il convient donc de la lais­ser res­pi­rer. no­tons qu’il n’y a pas que l’hy­dra­ta­tion ex­terne de l’épi­derme à prendre en compte. Une belle peau passe aus­si par une bonne hy­dra­ta­tion in­terne en bu­vant 1,5 litre par jour. En res­pec­tant ces conseils, vous conser­ve­rez une peau et un teint par­faits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.