prag­ma In­dus­tries, la carte de l’hy­dro­gène

Ba­sée à Biar­ritz, Prag­ma In­dus­tries est une so­cié­té créée en 2004 par Pierre For­té, ex-in­gé­nieur dans l’aé­ro­nau­tique chez Das­sault. Spé­cia­li­sée dans la pro­duc­tion de piles à com­bus­tible, l’en­tre­prise est es­sen­tiel­le­ment pré­sente dans le sec­teur de la sé­cu

City Ride - - La Une -

C’est en 2013, à l’oc­ca­sion du der­nier Sa­lon du Cycle de Pa­ris or­ga­ni­sé Porte de Ver­sailles que la so­cié­té Prag­ma In­dus­tries a fait par­ler d’elle, pour la toute pre­mière fois, dans l’uni­vers du vé­lo. Elle pré­sen­tait sur le stand de la so­cié­té Cy­cleu­rope (Gi­tane, Peu­geot, Bian­chi…) un vé­lo élec­trique bap­ti­sé Al­ter. « Avant 2013, nous n’au­rions ja­mais ima­gi­né tra­vailler dans le monde du vé­lo, un uni­vers bien éloi­gné de nos sec­teurs ha­bi­tuels, nous ra­conte Pierre For­té, PDG de Prag­ma In­dus­tries. Mais en 2013, des re­pré­sen­tants de la firme de Ro­mil­ly-sur-Seine sont ve­nus nous trou­ver pour que nous les ai­dions à ré­soudre des pro­blèmes in­hé­rents aux bat­te­ries clas­siques li­thium-ion, à sa­voir risques d’ex­plo­sion et va­ria­tions de l’au­to­no­mie en fonc­tion des tem­pé­ra­tures ex­té­rieures ou du dé­ni­ve­lé. Ils nous ont donc de­man­dé de tra­vailler avec eux sur la concep­tion d’un mo­dèle de VAE ali­men­té par une pile à com­bus­tible.» Cet in­té­rêt pour la pile à com­bus­tible n’a rien d’un ha­sard. Cette tech­no­lo­gie pré­sente l’avan­tage d’être to­ta­le­ment in­sen­sible aux va­ria­tions de tem­pé­ra­ture. Qu’il fasse -20 ou +50°C, l’au­to­no­mie res­te­ra tou­jours la même. Quant à la re­charge, elle s’ef­fec­tue en trente se­condes maxi­mum. En­fin, n’ou­blions pas que la pile à hy­dro­gène est une éner­gie propre qui ne re­jette que de l’eau ! Au­tant d’atouts qui de­vraient sé­duire les usa­gers pour qui l’au­to­no­mie consti­tue le cri­tère pre­mier d’achat. C’est donc tout na­tu­rel­le­ment que Prag­ma In­dus­tries et Cy­cleu­rope ont com­men­cé à tra­vailler sur un VAE à pile d’hy­dro­gène. Cy­cleu­rope four­nis­sait le vé­lo, Prag­ma In­dus­tries tra­vaillait sur l’in­té­gra­tion de la pile à com­bus­tible. Ce­la a don­né nais­sance à l’Al­ter en 2013 puis à l’Al­ter 2 en 2014. La pre­mière ver­sion fonc­tion­nait grâce à une car­touche je­table d’hy­dro­gène alors que l’Al­ter 2 uti­li­sait un ré­ser­voir basse pres­sion re­char­geable. Si ces pro­to­types ont su sé­duire le pu­blic, un pro­blème de taille est ap­pa­ru: le coût. « Ce sont des tech­no­lo­gies chères à dé­ve­lop­per, nous

ex­plique Pierre For­té, et la so­cié­té de Ro­mil­ly n’a pas sou­hai­té pour­suivre l’aven­ture. » La so­cié­té a donc dé­ci­dé de pour­suivre l’aven­ture en construi­sant son propre vé­lo. « Notre ob­jec­tif, à termes, c’est de nous po­si­tion­ner comme équi­pe­men­tier en bat­te­ries vé­lo » pré­cise Pierre For­té.

Vers une so­lu­tion de fa­brique d'hy­dro­gène au­to­nome

L’équipe d’in­gé­nieurs a donc fait ap­pel à Cé­dric Bra­con­not, créa­teur et di­ri­geant de la marque vos­gienne de vé­lo La­by­rinth. « Il nous a don­né les règles pour la concep­tion d’un vé­lo et, à par­tir de ses don­nées, nous avons réa­li­sé l’Al­pha. » Ce pro­to­type in­tègre une pile de faible en­com­bre­ment fonc­tion­nant à l'hy­dro­gène, re­liée à un ré­ser­voir à hy­dro­gène, pla­cé sur le porte-ba­gages. 100% propre, le vé­lo ne re­jette que de la va­peur d’eau et pèse en­vi­ron 27 kg. Néan­moins, cette tech­no­lo­gie né­ces­site d’ac­qué­rir ou de louer, pa­ral­lè­le­ment au vé­lo, une borne de re­charge. « C’est ce qui ex­plique au­jourd’hui le coût d’achat très éle­vé de ces vé­los, 7500€. C’est pour ce­la que nous avons ac­tuel­le­ment notre dé­ve­lop­pe­ment sur les flottes cap­tives au­près des col­lec­ti­vi­tés ou des loueurs. » Les vé­los fonc­tion­nant avec des piles à hy­dro­gène pré­sentent de très nom­breux avan­tages, à com­men­cer par un temps de charge très court: 30 se­condes pour 100 km. Même in­uti­li­sé pen­dant six mois, le vé­lo conserve sa charge. « On a juste consta­té une perte de ren­de­ment de 5% par tranche de 1 000 heures d’uti­li­sa­tion, soit au bout de trois ans en­vi­ron » pré­cise Pierre For­té. En 2017, Prag­ma In­dus­tries pro­dui­ra cent vé­los dont soixante sont d’ores et dé­jà ven­dus. La so­cié­té es­père en vendre 300 en 2018. Des ob­jec­tifs bien in­suf­fi­sants pour faire bais­ser le coût de pro­duc­tion aux alen­tours de 4 000 €. « Pour ce­la, il fau­drait que nous pro­dui­sions 5 000 vé­los. Mal­heu­reu­se­ment, le mar­ché seul des col­lec­ti­vi­tés et des loueurs ne nous ap­porte pas suf­fi­sam­ment de dé­bou­chés. » Dans ces condi­tions, le vé­lo à pile de com­bus­tible est-il condam­né à res­ter confi­den­tiel ? Non, à en croire Pierre For­té, « à condi­tion de trou­ver une so­lu­tion pour que l’Al­pha fa­brique son hy­dro­gène de ma­nière au­to­nome, sans pas­ser par une borne de re­charge. » Pour par­ve­nir à cet ob­jec­tif, Prag­ma In­dus­tries cherche à adap­ter une tech­no­lo­gie dé­ve­lop­pée pour le sec­teur mi­li­taire où l’usa­ger n'au­rait be­soin que d'un plein d'eau et d’un sa­chet, conte­nant le com­po­sant chi­mique né­ces­saire pour pro­duire la ré­ac­tion chi­mique qui va fa­bri­quer l'hy­dro­gène et ali­men­ter la pile à com­bus­tion du vé­lo, le tout en moins de 30 se­condes. Ce­la confère au vé­lo une au­to­no­mie qua­si in­fi­nie sans pas­ser par une borne de re­charge. Lorsque le sa­chet est fi­ni (il contient alors de l’oxyde d’alu­mi­nium et de l’oxyde de si­li­cium), on le ré­cu­père puis on en glisse un neuf dans le ré­ser­voir d’eau. « Seul in­con­vé­nient, c’est que c’est plus cher qu’une charge sur sec­teur : 3 à 5 € pour 100 km contre 8 à 10 cen­times pour EDF » confie Pierre For­té. Mais pour dé­ve­lop­per cette tech­no­lo­gie et la rendre la plus simple pos­sible, la so­cié­té compte en­core deux ans. « Pour nous, c’est la clef du vo­lume qui nous per­met­tra de bais­ser nos coûts. En­suite, on se po­si­tion­ne­ra au­près des grandes marques de vé­los comme équi­pe­men­tier au même titre que Bosch ou Ya­ma­ha. »

Les par­ti­cu­liers de­vront at­tendre 2020 pour es­pé­rer ac­qué­rir un VAE fonc­tion­nant à l’hy­dro­gène.

Pierre For­té, PDG de Prag­ma In­dus­tries.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.