Sa­pé comme ja­mais

Le Bad Boy, c’est la fi­gure de proue de la gamme ur­baine chez Can­non­dale. Né dans les an­nées 2000, ce mo­dèle est avant tout des­ti­né aux pra­ti­quants qui aiment avoir la classe en toute condi­tion. Le mil­lé­sime 2017 ne dé­roge pas à la règle.

City Ride - - Cannondale Bad Boy 2 -

Le nou­veau Can­non­dale Bad Boy est taillé pour les cy­clistes ur­bains qui cherchent une ma­chine qui a de l’al­lure et qui fe­ra se re­tour­ner les têtes. Dès la proue du vé­lo on dé­couvre la su­perbe fourche mo­no-bras Lef­ty qui fait par­ler les cu­rieux. Un ha­lo lu­mi­neux, re­char­geable à sou­hait, court dé­sor­mais sur la par­tie avant de la fourche afin que vous soyez re­pé­rable à tout mo­ment. C’est beau et ça donne un cô­té high-tech à la bête, on adore ! Le châs­sis du Bad Boy est construit en alu­mi­nium et res­pire le cos­taud. On note quelques dé­tails sym­pas comme le vieux lo­go Can­non­dale gra­vé sur la douille de di­rec­tion ou en­core des pro­tec­tions en ca­ou­tchouc in­té­grées au tube su­pé­rieur du vé­lo, afin de pou­voir po­ser ce der­nier n’im­porte où sans l’abî­mer. Der­nière par­ti­cu­la­ri­té, la tige de selle se voit équi­pée d’un sys­tème de diode rouge, pour l’éclai­rage ar­rière. L’idée est bonne mais peu pra­tique. Faute d’in­ter­rup­teur et fonc­tion­nant à pile, il fau­dra dé­mon­ter la tige de selle à chaque fois que l’on doit l’al­lu­mer ou l’éteindre… fas­ti­dieux. Au rou­lage, on pro­fite d’une ma­chine ner­veuse sur les ac­cé­lé­ra­tions. Les plus pun­cheurs d’entre vous re­pro­che­ront au Bad Boy des bases un peu longues pé­na­li­sant la vi­va­ci­té dans les por­tions si­nueuses, on pro­fite en contre-par­tie d’une ma­chine très stable à me­sure que la vi­tesse aug­mente. Tou­jours dans le rayon des com­pro­mis, pour gar­der une bonne ma­nia­bi­li­té, Can­non­dale a fait le choix de roues au dia­mètre 650b chaus­sées avec des pneus larges et pas­se­par­tout hé­ri­tés du monde gravel. Trot­toirs et autres por­tions gra­villon­nées ne sont donc pas un pro­blème pour le Can­non­dale. Vous vous fau­fi­le­rez en plus au mi­lieu de la cir­cu­la­tion comme dans un mou­choir de poche. La masse ré­duite (10,20kg) et la po­si­tion bien re­dres­sée per­mettent d’ali­gner les ki­lo­mètres. On pro­fite en plus des ex­cel­lents points d’ap­puis (selle et poi­gnées) is­sus du ca­ta­logue de la marque Fa­bric. Il n’y a qu’au frei­nage que l’on trouve réel­le­ment à re­dire, les Ma­gu­ra manquent de mor­dant et de puis­sance. Avec ce nou­veau Bad Boy, Can­non­dale pro­pose un vé­lo pour les afi­cio­na­dos du look et qui aiment rou­ler vite en ville. Seul son prix peut s’avé­rer un frein et on au­rait bien vu un ta­rif quelques cen­taines d’eu­ros moins éle­vés. Pour le reste, c’est du tout bon avec un com­por­te­ment sain et ef­fi­cace sur une très grande va­rié­té de ter­rains !

Le Bad Boy offre un com­por­te­ment sain et ef­fi­cace sur une grande va­rié­té de ter­rains

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.