Et si vous ap­pre­niez à lire une carte

A l’heure où tout le monde roule avec un GPS vis­sé sur le cintre, res­sor­tir une bonne vieille carte pa­pier semble in­con­gru. Pour­tant, on en ap­prend bien plus en li­sant une carte qu’en sui­vant bê­te­ment un GPS !

City Ride - - La Une -

Com­prendre une carte est plus fa­cile qu’ap­prendre à lire ! La cou­ver­ture de la carte doit in­di­quer : le su­jet (randonnée à pied, vé­lo…), la zone concer­née, le type de carte (to­po­gra­phique pour nous), l’échelle nu­mé­rique, et l’éven­tuelle com­pa­ti­bi­li­té GPS. En la dé­pliant, on s’aper­çoit que le cadre contient des in­for­ma­tions sur les co­or­don­nées géo­gra­phiques comme les échelles de lon­gi­tude et la­ti­tude, ex­pri­mées en de­grés et en orien­ta­tion (Nord, Est…) ain­si qu’une lé­gende ex­haus­tive four­nis­sant la liste et la si­gni­fi­ca­tion de tous les sym­boles uti­li­sés pour re­pré­sen­ter les ob­jets sur la carte (bâ­ti­ments, routes, li­mites de ter­rains, etc…). Na­tu­rel­le­ment, il faut choi­sir une échelle de carte adap­tée à son uti­li­sa­tion. L’échelle, c’est la taille à la­quelle la carte re­pré­sente les élé­ments de la ré­gion choi­sie. A vé­lo, une échelle de 1:100000 ou 1:50000 suf­fit lar­ge­ment. Un cen­ti­mètre sur la carte re­pré­sente alors 1km ou 500m. Plus l’échelle est pe­tite, plus la carte est dé­taillée, no­tion es­sen­tielle à vé­lo.

Lire et com­prendre

Une carte re­pré­sente gé­né­ra­le­ment le Nord en haut. Si ce n’est pas le cas, une ro­sace (bous­sole) in­dique dans quelle di­rec­tion se trouve le Nord de la carte. En ce qui concerne les dis­tances, l’échelle de la carte per­met d’avoir une no­tion de la dis­tance sé­pa­rant deux points. L’échelle gra­phique sur la carte per­met de me­su­rer la dis­tance choi­sie : si elle est rec­ti­ligne, une règle suf­fit pour me­su­rer la dis­tance voulue puis la re­por­ter sur l’échelle de la carte afin de conver­tir les cen­ti­mètres en mètres. Si la dis­tance n’est pas rec­ti­ligne, on prend une fi­celle (ou un brin d’herbe, aus­si fa­cile à cour­ber) pour suivre la courbe du che­min et ob­te­nir une dis­tance réelle. At­ten­tion, cette der­nière ne tient pas compte du re­lief ! Pour l’al­ti­tude, il faut com­prendre les courbes de ni­veaux (de cou­leur bistre) de la carte. Ce sont elles qui vont don­ner une idée pré­cise du dé­ni­ve­lé d’un en­droit à un autre. Sur une carte au 1:25000, la dis­tance sé­pa­rant deux courbes de ni­veau est de 10m. Plus les courbes sont rap­pro­chées les unes des autres, plus la pente est raide ; plus elles sont es­pa­cées, plus celle-ci se­ra douce. Toutes les cinq courbes, une courbe «maî­tresse», as­so­ciée à une al­ti­tude, est re­pré­sen­tée avec un trait plus gras. En­fin, pour dis­tin­guer les cu­vettes des som­mets, une flèche ac­com­pagne le fond de la cu­vette.

Après la lec­ture, le ter­rain

Une fois les pa­ra­mètres pré­cé­dents as­si­mi­lés, le dé­chif­fre­ment de la carte et des sym­boles re­pré­sen­tés peut com­men­cer. Quatre ca­té­go­ries d’élé­ments sont pré­sents sur la carte : la pla­ni­mé­trie (routes, che­mins, voies fer­rées, construc­tions, vé­gé­ta­tion et cultures, li­mites ad­mi­nis­tra­tives), l’hy­dro­gra­phie (lacs, étangs, mers, fleuves, ruis­seaux, puits, sources), l’oro­gra­phie, qui re­pré­sente les

formes du re­lief (courbes de ni­veaux, ter­rils, ébou­lis), et la to­po­ny­mie qui in­dique les noms de lieux : un nom en ca­rac­tères droits signale un lieu ha­bi­té ; pen­chés, ils in­diquent un en­droit non ha­bi­té ; les villes de plus de 5000 ha­bi­tants sont en ca­pi­tale. il vous faut en­suite orien­ter la carte vers le Nord pour faire coïn­ci­der le Nord de la carte avec le Nord du ter­rain. il existe deux nords : le Nord géo­gra­phique, qui cor­res­pond à la di­rec­tion des mé­ri­diens dé­li­mi­tés sur les cartes iGN par l’Est et l’Ouest res­pec­ti­ve­ment à droite et à gauche. Le bord su­pé­rieur de la carte in­dique donc le Nord géo­gra­phique ; le Nord ma­gné­tique, in­di­qué par la bous­sole fi­gu­rant sur votre carte. il dif­fère du Nord géo­gra­phique de 0,56°. Cette no­tion peut va­rier d’une carte à l’autre et elle change éga­le­ment chaque an­née de 0,8°. En France mé­tro­po­li­taine, elle est re­la­ti­ve­ment faible et ne doit pas po­ser de pro­blème d’orien­ta­tion.

Orien­ter une carte avec et sans bous­sole

Pour orien­ter la carte, on peut sim­ple­ment ali­gner l’ai­guille de la bous­sole avec le bord de la carte. Pour plus de pré­ci­sion, l’idéal est de su­per­po­ser la bous­sole avec le sché­ma de dé­cli­nai­son ma­gné­tique pré­sent sur la carte et de faire pi­vo­ter cette der­nière jus­qu’à ce que l’ai­guille Nord de la bous­sole et le Nord ma­gné­tique de la carte coïn­cident. Néan­moins, sans bous­sole, on peut tout de même dé­ter­mi­ner où est le Nord : de jour, on oriente la pe­tite ai­guille de sa montre vers le so­leil. Le Sud se­ra re­pé­ré par la ligne bis­sec­trice de l’angle for­mé par la pe­tite ai­guille et par la di­rec­tion de 13h en hi­ver et 14h en été. Si la montre n’a pas d’ai­guilles, on des­si­ne­ra un ca­dran sur du pa­pier ! La nuit, il faut prendre l’étoile po­laire comme re­père puis pro­cé­der à l’iden­tique avec les ai­guilles de votre montre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.