Cy­cleu­rope, le sa­voir-faire fran­çais

C’est à Ro­mil­ly-sur-Seine, dans le dé­par­te­ment de l’Aube, que l’on trouve l’une des trois usines du groupe Cy­cleu­rope. C’est ici que sont conçus et fa­bri­qués, entre autres, les vé­los Gi­tane et Peu­geot, sans ou­blier cer­taines mon­tures jaunes de La Poste. D

City Ride - - La Une -

L’his­toire du site de pro­duc­tion de Ro­mil­ly-sur-Seine est in­ti­me­ment liée à la marque Peu­geot Cycles. Pro­duc­trice de vé­los de­puis 1886 dans son usine de Mont­bé­liard, la marque au lion a fait l’ac­qui­si­tion de ce site, an­cien­ne­ment spé­cia­li­sé dans la pro­duc­tion de ré­fri­gé­ra­teurs, en 1972. Pen­dant près de vingt ans le site ro­mil­lon va fonc­tion­ner à plein ré­gime. Plus de 1000 per­sonnes tra­vaillaient alors dans les ate­liers et près de 900000vé­los sor­taient an­nuel­le­ment des chaînes de mon­tage. Et puis, le vé­lo a été sup­plan­té par les mo­by­lettes et les au­tos, sym­boles de réus­site so­ciale, et le site a connu un lent dé­clin. C’est alors que le Groupe Gri­mal­di, par l’in­ter­mé­diaire de sa fi­liale sué­doise Cy­cleu­rope, dé­cide d’ac­qué­rir le site et la marque Peu­geot Cycles, en 1992. Pro­fi­tant de ce bel ou­til in­dus­triel, Cy­cleu­rope, dé­jà pro­prié­taire des marques Gi­tane, Bian­chi, Cres­cent, Puch… ra­pa­trie sa pro­duc­tion en France. Au­jourd’hui, le site em­ploie 200 per­sonnes et com­prend un ate­lier de com­po­sé de 5 lignes de mon­tage, d’un bu­reau d’études pro­duits (car ici, on conçoit les vé­los et on crée des pièces en pro- pre comme un sa­bot de pro­tec­tion pour la bat­te­rie Bosch), d’un la­bo­ra­toire de test (le site pos­sède une cer­ti­fi­ca­tion ISO 9001 pour s’as­su­rer que ses pro­duits ré­pondent aux exi­gences ré­gle­men­taires) et d’un sho­wroom. En moyenne, sur l’an­née, ce sont 400 vé­los par jour qui sont pro­duits sur le site ro­mil­lon . Chaque pro­duit est rou­lé par un tech­ni­cien! L’usine Cy­cleu­rope de Ro­mil­ly-sur-Seine a donc une his­toire et ce­la se voit à l’ap­proche des bâ­ti­ments gran­de­ment mar­qués par le temps. Mais n’est-ce pas dans « les vieux pots que l’on réa­lise les meilleures confi­tures »? Car ici, à Ro­mil­ly, on in­siste sur le sa­voir-faire

Les tests de ré­sis­tance réa­li­sés sur les bancs d’es­sais du la­bo­ra­toire pour les cadres et fourches sont deux fois plus exi­geants que ceux im­po­sés par la ré­gle­men­ta­tion eu­ro­péenne.

et la com­pé­tence des em­ployés et tant pis si l’usine n’est pas aus­si high-tech que celles de cer­tains concur­rents ! Et le di­rec­teur de l’usine d’in­sis­ter sur le fait qu’ici tout est réa­li­sé sur place, de la concep­tion à l’em­bal­lage en pas­sant par la pein­ture, l’as­sem­blage et le mon­tage des roues. Seuls les cadres viennent d’Asie. L’usine ef­fec­tue donc l’as­sem­blage de tous les mo­dèles de sé­rie pré­sents au ca­ta­logue Cy­cleu­rope. Mais on y réa­lise éga­le­ment des com­mandes spé­ciales. Ain­si, le jour de notre vi­site, 14 em­ployés tra­vaillaient à l’as­sem­blage des gros vé­los jaunes de la Poste, contre 8 ha­bi­tuel­le­ment. Il faut dire que le site de Cy­cleu­rope, suite à une com­mande sur­prise de la Poste, doit re­le­ver un dé­fi de taille: pro­duire 1800 vé­los jaunes en deux mois ! Sur les autres lignes de pro­duc­tion, trois sont consa­crées à l’as­sem­blage des vé­los à as­sis­tance élec­trique et une au mon­tage des vé­los clas­siques. une ré­par­ti­tion tout à fait dans l’air du temps… Mais avant d’ar­ri­ver sur la ligne de mon­tage, les cadres sont d’abord pas­sés par la zone de pein­ture. Ce­la com­mence par la pose d’un ap­prêt puis le cadre ar­rive dans la ca­bine de pein­ture où un opé­ra­teur ap­plique au pis­to­let la pein­ture, de plus en plus à l’eau. Puis, après des opé­ra­tions de sé­chage et d’émaillage, le cadre ar­rive dans l’ate­lier de pose des dé­cors. deux sortes de poses pos­sibles : l’au­to­col­lant ba­sique (5 mi­nutes) ou la pose adhé­sive à l’eau (25 mi­nutes). Après une nou­velle séance de sé­chage, vient l’heure du ver­nis­sage. A la fin du pro­ces­sus, chaque vé­lo sor­tant d’une ligne de mon­tage est re­con­trô­lé vi­suel­le­ment et les pro­duits équi­pés de mo­to­ri­sa­tion Bosch font l’ob­jet d’une pro­gram­ma­tion spé­ci­fique en fin de chaîne. un pro­to­cole par­ti­cu­lier est mis en place pour les vé­los fa­bri­qués pour La Poste, chaque pro­duit de­vant être rou­lé par un tech­ni­cien ! En­suite, lorsque tout est conforme, les vé­los sont en­voyés dans la zone d’em­bal­lage ré­cem­ment ré­ha­bi­li­tée et se­mi-au­to­ma­tique. Fi­ni les ma­ni­pu­la­tions ha­ras­santes : le vé­lo est mis au­to­ma­ti­que­ment en car­ton ! une fois l’em­bal­lage ter­mi­né, les vé­los sont en­voyés en zone de sto­ckage. Mais à Ro­mil­ly-sur-Seine, on ne réa­lise pas que du mon­tage à la chaîne. un es­pace est éga­le­ment dé­dié au mon­tage à la carte afin de sa­tis­faire aux de­mandes par­ti­cu­lières de cer­tains clients. Si ce­la concerne prin­ci­pa­le­ment le vé­lo de route, ce ser­vice pour­rait s’étendre pro­chai­ne­ment à d’autres types de vé­los comme les en­du­ros.

Ici, on ne réa­lise pas que du mon­tage à la chaîne: pour sa­tis­faire cer­taines de­mandes, un es­pace est dé­dié au mon­tage à la carte!

Cy­cleu­rope réa­lise des com­mandes spé­ci­fiques de vé­los, comme ici, ceux de La Poste.

Les lignes de mon­tage des vé­los rythment la vie de l’usine.

L’usine de Ro­mil­ly re­groupe tous les sa­voir-faire de Cy­cleu­rope : les ser­vices de re­cherches et dé­ve­lop­pe­ment, le la­bo­ra­toire de pro­to­ty­page et de test des ma­chines, de la pein­ture ou en­core du mon­tage des vé­los.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.