Les lu­nettes Mi­cro­dot BAT­TUE, AP­PROCHE ET AF­FÛT, TROIS LU­NETTES POUR TOUT FAIRE

Connaissance de la Chasse - - Superposé -

Sous le la­bel Mi­cro­dot, Fa­barm France a fait fa­bri­quer une gamme de lu­nettes de tir illu­mi­nées au Ja­pon. Des op­tiques clas­siques et su­per­zoom qui viennent se po­si­tion­ner dans le sec­teur concur­ren­tiel des pro­duits à moins de 1100 eu­ros.

Fa­barm France vient d’ajou­ter une corde à son arc de dis­tri­bu­teur de fu­sils de chasse en fai­sant fa­bri­quer au Ja­pon, par un spé­cia­liste de l’op­tique de chasse, une nouvelle gamme de lu­nettes de tir dé­nom­mée Mi­cro­dot. Des lu­nettes à corps de 30 mm et ré­ti­cule lu­mi­neux qui cor­res­pondent bien aux at­tentes des chas­seurs eu­ro­péens et donc fran­çais. Au sein de cette fa­mille, nous avons re­te­nu trois mo­dèles, une lu­nette « clas­sique » une 1,5-6x42 et deux lu­nettes su­per­zoom à plage de gros­sis­se­ments de 6x, une 2,5-15x50 pour les tirs loin­tains et une 1-6x24 pour la bat­tue. Il va de soit que c’est cette der­nière qui de­vrait rem­por­ter tous les suf­frages et de­ve­nir le best-

sel­ler de la marque. Avec un prix de 1100 eu­ros pour la 1-6x24, 850 eu­ros pour la 1,5-6x42 et 1050 eu­ros pour la 2,5-15x50, ces op­tiques se po­si­tionnent en dé­but de mi­lieu de gamme et viennent ain­si concur­ren­cer les Bu­sh­nell et autre Elec­tro­vi­sée ou en­core… Vixen.

Leurs points com­muns…

Sur le plan mé­ca­nique, ces op­tiques sont toutes trois construites de la même fa­çon. Elles pos­sèdent tout d’abord un ré­ti­cule si­tué dans le se­cond plan fo­cal, au­tre­ment dit, non loin de la bague de gros­sis­se­ment. Ce­la si­gni­fie que la taille du ré­ti­cule ne change pas avec le gros­sis­se­ment, le ré­ti­cule est donc in­va­riant et les barres épaisses ne mas­que­ront pas le gi­bier à gros­sis­se­ment 15 ou 10 par exemple. Le ré­ti­cule est un 4 clas­sique, do­té d’un point rouge cen­tral qui pos­sède 12 pa­liers d’illu­mi­na­tion sur chaque lu­nette, de 0 à 11. Sur toutes les lu­nettes, à l’ex­cep­tion de la 1-6x24, cette com­mande d’illu­mi­na­tion est une tou­relle po­sée sur l’ocu­laire. Sur la lu­nette de bat­tue, elle est si­tuée au mi­lieu de la lu­nette et cô­té gauche, à hau­teur des tou­rel­leaux de ré­glage des im­pacts. Nos trois lu­nettes pos­sèdent éga­le­ment le même très bon sys­tème de ré­glage des im­pacts. Il s’agit d’une mo­lette cran­tée et gra­duée de 1 à 17 que l’on tourne dans le sens vou­lu avec des clic so­nores et nets qui valent 7,25 mm à 100 m (¼ de MOA). Lorsque la lu­nette est réglée, on sou­lève cette mo­lette qui tourne dans le vide et on place le zé­ro en face du re­père avant de l’en­fon­cer et ain­si de la blo­quer. Il ne reste plus qu’à re­mettre le ca­pu­chon pro­tec­teur et le tour est joué. La fi­ni­tion de ces lu­nettes est sa­ti­née noire et bien sûr an­ti­rayures, le test de la pièce que l’on frotte contre le corps op­tique suf­fit à s’en convaincre. La bague de gros­sis­se­ment com­mune aux trois mo­dèles est large et striée. Elle né­ces­site une ro­ta­tion d’un de­mi-tour pour pas­ser du plus petit au plus fort gros­sis­se­ment, même sur les deux op­tiques dites su­per­zoom. Le trai­te­ment op­tique des len­tilles est éga­le­ment iden­tique, du moins sur les lu­nettes d’ap­proche et d’af­fût. Si l’on en juge par « la cou­leur vio­lettes des len­tilles », le fa­bri­cant a mi­sé sur un trai­te­ment des­ti­né à lais­ser pas­ser les cou­leurs verte et jaune, celles du mi­lieu de la gamme chro­ma­tique, et à ré­flé­chir les ex­trêmes, le bleu et le rouge, ce qui crée vi­suel­le­ment cette cou­leur vio­lette. Ce choix de pri­vi­lé­gier la plage de cou­leurs mé­dianes, de 500 à 550 nm, doit nous of­frir la meilleure vision aux pointes ex­trêmes de la jour­née, lorsque la lu­mière na­tu­relle n’est pas en­core op­ti­male ou lors­qu’elle dé­croît. Sur la lu­nette de bat­tue au contraire, le re­flet de l’ob­jec­tif est un peu plus vert, ce qui si­gni­fie que le fa­bri­cant a pri­vi­lé­gié les rouge et bleu qui ap­portent contraste et dé­fi­ni­tion à l’image, lo­gique après tout pour une lu­nette de bat­tue que l’on uti­lise en pleine jour­née. La dis­tance ocu­laire est éga­le­ment dif­fé­rente d’un mo­dèle à l’autre. Elle est de 90 mm sur la 2,5-15x50, de 95 mm sur la 1,5-6x42 et de 100mm sur la 1-6x24. Ces chiffres im­por­tant sont sy­no­nymes de mon­tage ai­sé et de tirs confor­tables avec l’oeil po­si­tion­né loin de l’ocu­laire, ce qui im­plique éga­le­ment moins de risque de dé­calque sur l’ar­cade. Les champs de vision maxi­mum à 100 m de ces lu­nettes va­rient éga­le­ment. Ils sont de 37,8 m pour la 1-6x24, 21 m pour la 1,5-6x42 et de 7,7 m pour la 2,5-15x50, des va­leurs moyennes.

… et leurs qua­li­tés sur le terrain

Voi­ci pour les don­nées tech­niques, mais qu’en est-il de la qua­li­té réelle de ces op­tiques ? Tout d’abord l’image ob­te­nue est bonne, claire et neutre, au­tre­ment dit sans au­cune do­mi­nante co­lo­rée. Un bon point ! Certes, avec la 1-6x24 à gros­sis­se­ment 1, les bords de l’image sont lé­gè­re­ment ar­ron­dis mais sans exa­gé­ra­tion et il faut pla­cer des barres ver­ti­cales en pé­ri­phé­rie d’images jus­te­ment pour le vé­ri­fer ; il y a peu de chances que vous vous en aper­ce­viez à la chasse. En re­vanche, cette 1-6x24 est une vraie gros­sis­se­ment 1, pas une 1,1 ni une 0,9 des­ti­née à of­frir un champ plus im­por­tant. Ce vrai gros­sis­se­ment 1 im­plique que vous pour­rez uti­li­ser la lu­nette comme un point rouge, une fois le ré­ti­cule illu­mi­né, et ti­rer les deux yeux ou­verts en vous of­frant ain­si un champ de vision qua­si illi­mi­té. Le chan­ge­ment de gros­sis­se­ment est ai­sé, même si la bague manque un peu de sou­plesse, sans doute un ro­dage se­ra-t-il né­ces­saire. En­fin, pour être tout à fait com­plet, sa­chez que ces lu­nettes pèsent 520 g pour la 1-6x24, 540 g pour la 1,56x42 et 650 g pour la 2,5-15x50 et que ces trois op­tiques pos­sèdent une ga­ran­tie de 30 ans, un dé­lai au­tre­fois cou­rant et qui est dé­sor­mais bien rare, même en Eu­rope.

Les tou­relles de ré­glage sont pré­cises et nettes. La 2,5-15x50 pos­sède aus­si un ré­glage de pa­ral­laxe, bien vu !

Sur la lu­nette de bat­tue, le ré­glage de l’illu­mi­na­tion est si­tué au mi­lieu du corps op­tique, il est sur l’ocu­laire sur les deux autres.

Sur ces lu­nettes la plage chro­ma­tique des vert-jaune a été pri­vi­lé­giée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.