LE PORTE-MUSC ou che­vro­tain/cerf porte-musc ou porte-musc de Si­bé­rie

Mo­schus mo­schi­fe­rus

Connaissance de la Chasse - - L’autre Trophée -

Non chas­sable

Ob­ser­va­tion : l’ani­mal fut par­fai­te­ment chas­sable par les chas­seurs étran­gers au Ka­za­khs­tan jus­qu’il y a peu. Re­naud Des­grée du Loû nous pré­cise que « long­temps l’ani­mal fut sur­chas­sé afin de ré­cu­pé­rer la glande pla­cée sous la peau de l’ab­do­men du mâle, la­quelle contient le fa­meux musc. Sub­stance brune odo­rante se­cré­tée lors du rut et re­cher­chée pour fixer le par­fum (d’où l’ad­jec­tif « mus­qué »). L’ani­mal étant dé­sor­mais clas­sé en an­nexe 1 de la Cites, il ne peut plus être com­mer­cia­li­sé, aus­si sa glande n’est plus em­ployée dans l’industrie du par­fum. En re­vanche, Russes et Ka­za­khes le traquent en­core pour ré­cu­pé­rer sa glande re­cher­chée par la phar­ma­co­pée chi­noise. » Clas­si­fi­ca­tion : fa­mille des mo­schi­dés, genre Mo­schus. Cette fa­mille ne compte qu’un seul genre, et quatre es­pèces. In­sis­tons sur le fait que cet ani­mal n’est pas un cer­vi­dé. On ne le confon­dra pas avec l’hy­dro­pote ni l’ela­phode. Des­crip­tion : res­semble à une pe­tite che­vrette. Il est dé­pour­vu de bois. Les ca­nines su­pé­rieures du seul mâle me­surent 5 à 8 cm et sont net­te­ment saillantes. Poids 7-18 kg. Il porte une robe ta­che­tée et rayée. Ré­par­ti­tion : contre­forts de l’Hi­ma­laya, Chine, Ka­za­khs­tan (Al­taï), Mon­go­lie, Si­bé­rie cen­trale et orien­tale, Co­rée. Ha­bi­tat : fo­rêts, gé­né­ra­le­ment au-des­sus de 1 600 m d’al­ti­tude. Fo­rêts de co­ni­fères l’hiver.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.