Le Che­vreuil, Amé­na­ge­ment des bio­topes

Connaissance de la Chasse - - Courrier -

Alors que l’on a chas­sé 550000 che­vreuils en 20122103 et que les forestiers se plaignent de plus en plus des dé­gâts, est-il ju­di­cieux d’évo­quer l’amé­lio­ra­tion des ter­ri­toires pour que ceux­ci ac­cueillent da­van­tage de che­vreuils ? La ré­ponse est oui. Car, jus­te­ment, ces tra­vaux d’amé­na­ge­ment per­met­tront de fixer les ani­maux sur les sec­teurs les plus ac­cueillants et dé­diés. En­suite, les tra­vaux ici évo­qués concernent es­sen­tiel­le­ment des zones de moyenne mon­tagne, pauvres, lar­ge­ment peu­plée de ré­si­neux. En­fin, ces amé­nage- ments d’en­ri­chis­se­ment de la flore (fleurs, ar­bustes et arbres) et d’ou­ver­ture du mi­lieu pro­fitent à l’en­semble de la faune sau­vage (in­sectes et oi­seaux). En créant de tels « spots » à che­vreuil, le chas­seur re­crée une par­tie de la mo­saïque an­cienne de par­celles culti­vées pe­tites et va­riées, bref de la bio­di­ver­si­té. Dé­marche im­por­tante alors que la fo­rêt fran­çaise est en train d’op­ter pour une puis­sante in­dus­tria­li­sa­tion, pour une uni­for­mi­sa­tion an­non­cée des es­sences et des pra­tiques. Ce nou­veau mode de pro­duc­tion est prô­né par la loi d’ave­nir agri­cole vo­tée ces jours-ci au Sé­nat. À quand un tel ou­vrage ré­di­gé par un chas­seur-syl­vi­cul­teur fran­çais (ce­lui-ci étant al­le­mand) ? 158 pages, 27 €, éditions du Ger­faut, en li­brai­rie

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.