La charge dans le sang

Connaissance de la Chasse - - Photos Choc - Pierre Croix­val

Pho­to­graphe ani­ma­lier pro­fes­sion­nel, Ch­ris­tophe Sa­lin évoque ce cli­ché à la fois em­preint de ten­dresse et de vio­lence. « La na­ture offre par­fois de belles ren­contres, sou­vent même des plus in­so­lites. À l’af­fût en fo­rêt, une com­pa­gnie de san­gliers s’ap­proche de moi pour mon plus grand plai­sir. Tan­dis que les adultes fouillent le sous-bois, les jeunes mar­cas­sins passent leur temps à jouer, à se pour­suivre, à si­mu­ler des joutes par­fois très spec­ta­cu­laires, comme ici avec cette prise de ju­do ! Le pho­to­graphe na­ture doit sa­voir se faire dis­cret, se dis­si­mu­ler dans la na­ture, sou­vent être très pa­tient pour es­pé­rer sai­sir des ins­tants de vie aus­si pri­vi­lé­giés de la faune sau­vage. » Il s’agit bien ici d’un ins­tant de vie par­ti­cu­lier. Cette charge ou joute re­lève certes du jeu mais elle par­ti­cipe aus­si de la vie so­ciale de l’es­pèce. À force de s’af­fron­ter, de se jau­ger, cha­cun va trou­ver sa place au sein du groupe. Et ce­la com­mence dès le stade de la por­tée, comme nous l’in­dique su­per­be­ment ce cli­ché. Afin de s’ac­ca­pa­rer une al­laite, puis du grain, des vers, des ra­cines, etc., mais en­core pour bé­né­fi­cier d’une bonne et chaude place au sein du chau­dron puis de la bauge ma­ter­nelle, le jeune san­glier doit s’im­po­ser. La joute se­ra tan­tôt lu­dique, tan­tôt agres­sive, s’ac­com­pa­gnant éven­tuel­le­ment de mor­sures. Les mar­cas­sins usant de leurs ca­nines et de leurs « coins » (troi­sièmes in­ci­sives), seules dents du nou­veau-né. L’éner­ve­ment, l’an­xié­té face au dan­ger, peuvent éga­le­ment don­ner cours à des bous­cu­lades. D’où les cris, des coui­ne­ments, que nous en­ten­dons par­fois alors que nous sommes pos­tés en bat­tue. Avant de fran­chir le layon, la com­pa­gnie jauge le dan­ger, et cer­tains membres font ré­gner l’ordre ou tente de le bous­cu­ler en pous­sant ou mor­dant ses congé­nères. En­fin, la re­pro­duc­tion est un pré­texte sup­plé­men­taire à la confron­ta­tion phy­sique. Dé­ci­dé­ment, pour les mar­cas­sins comme pour toutes les es­pèces, la loi du plus fort est uni­ver­selle, éter­nelle et… im­mé­diate.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.