Blanc comme merle

Connaissance de la Chasse - - Photos Choc -

de Mus­set…), la chan­son (Georges Bras­sens), au théâtre, au ci­né­ma… D’un point de vue plus scien­ti­fique, le merle blanc est un merle noir ( Tur­dus me­ru­la) at­teint de leu­cis­tisme ou d’al­bi­nisme. Le merle blanc al­bi­nos est un oi­seau dont les cel­lules sont in­ca­pables de syn­thé­ti­ser la mé­la­nine qui co­lore nor­ma­le­ment son corps de brun­noir. Il a donc un plu­mage en­tiè­re­ment blanc, des yeux et des pattes rouge ro­sé mais garde son bec jaune grâce à la pré­sence d’autres pig­ments (ca­ro­té­noïdes). Le merle blanc leu­cis­tique quant à lui, est un oi­seau dont les pig­ments ont des pro­blèmes pour mi­grer vers les cel­lules. Il peut donc pré­sen­ter seule­ment quelques plumes blanches ou bien, au contraire, quelques plumes noires ré­si­duelles et son oeil est noir. Ce­ci dit, toutes les pos­si­bi­li­tés in­ter­mé­diaires, se­lon le de­gré d’at­teinte de la pig­men­ta­tion, peuvent être ob­ser­vées. L’oi­seau qui nous concerne, pour sa part, est at­teint de leu­cisme et même si la teinte de ces merles les ex­pose plus à l’at­taque des pré­da­teurs, ce­lui-ci est connu dans ce pe­tit vil­lage des Yve­lines de­puis plus de trois ans. À no­ter qu’une fe­melle tou­chée éga­le­ment par cette même ano­ma­lie gé­né­tique avait dé­jà été ob­ser­vée et pho­to­gra­phiée dans ce même vil­lage quelques an­nées plus tôt. Mais chez elle, seule la queue était blanche.

Oli­vier But­tin

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.