Hon­neurs à la So­cié­té de Vè­ne­rie

Connaissance de la Chasse - - Actus & Nouveautés -

Les Hon­neurs de la chasse Laurent Per­rier/Grou­pa­ma 2015 ont été at­tri­bués à la So­cié­té de Vè­ne­rie pour son ac­tion en fa­veur des cor­ri­dors éco­lo­giques en mi­lieu fo­res­tier me­né en par­te­na­riat avec l’Onf, l’Oncfs et di­verses Fdc. Ce pro­jet aty­pique et no­va­teur met en va­leur l’ex­per­tise des chas­seurs ve­neurs et fé­dère de nom­breux ac­teurs du monde ru­ral. de la dé­sta­bi­li­sa­tion po­li­tique des États, no­tam­ment afri­cains. Dans les deux ans qui viennent, 18 élec­tions pré­si­den­tielles de­vraient se dé­rou­ler dans l’Afrique fran­co­phone, au­tant dire qu’une par­tie du conti­nent se­ra sous ten­sion. Re­tour en France. Se­lon le co­lo­nel Bru­no Ma­nin, à la tête de l’Of­fice cen­tral de lutte contre les at­teintes à l’en­vi­ron­ne­ment et à la san­té pu­blique, le bra­con­nage est « ré­si­duel » dans l’Hexa­gone, la chute du pe­tit gi­bier et l’abon­dance du grand gi­bier ex­pliquent ce­la. Hu­bert Géant, di­rec­teur de la po­lice au sein de l’Oncfs, pré­cise qu’il n’y a pas d’ef­fet crise sur le bra­con­nage du gi­bier, c’est-àdire pas de hausse si­gni­fi­ca­tive de l’ac­ti­vi­té. Tou­te­fois, M. Bon­nin met en garde : « S’il n’existe pas de ma­fia en­vi­ron­ne­men­tale agis­sant sur notre sol, la cri­mi­na­li­té est prête. » Elle fait même preuve d’un grand sens de l’adap­ta­tion, lorsque l’on songe au gang des Ir­lan­dais, gens du voyage qui dé­lais­sèrent deux ans du­rant leur ac­ti­vi­té de bi­tu­meurs afin d’opé­rer une raz­zia sur les cornes de rhi­no­cé­ros et défenses ex­po­sées dans les mu­sées et les salles de ventes fran­çais, comme ce­la se pas­sa au sein du Mu­sée de la chasse et de la na­ture à Pa­ris en dé­cembre 2011. Voi­là en­core pour­quoi on ob­serve une grande di­ver­si­té de phé­no­mènes en France, nou­veaux ou pas : bra­con­nage de la ci­velle dont le ki­lo at­teint 8 000 € en Chine (même lorsque le pois­son est is­su d’éle­vage ma­ro­cain), ra­mas­sage des cham­pi­gnons par cars en­tiers d’in­di­vi­dus ori­gi­naires des pays de l’Est, tra­fic de tortues d’Hermann (es­pèce pro­té­gée en voie de dis­pa­ri­tion, très de­man­dée en tant que Nac, nou­vel ani­mal de com­pa­gnie), tra­fics de my­gales, de scor­pions, etc. Ob­ser­vons ici que la cri­mi­na­li­té évo­lue dans les cam­pagnes : vols de trac­teurs à des­ti­na­tion de la Po­logne no­tam­ment, vols de pi­voines, vols ou abat­tages et dé­pe­çages in si­tu de bé­tail… Des actes à rap­pro­cher pour par­tie des vols de cuivre sur le ré­seau fer­ré prin­ci­pa­le­ment réa­li­sés par les gens du voyage. Dans sa conclu­sion, le pré­sident du Sé­nat Gé­rard Lar­cher a re­gret­té l’ab­sence de consen­sus in­ter­na­tio­nal en ma­tière de conser­va­tion. Rap­pe­lant que la ré­ponse pé­nale au tra­fic des es­pèces ani­males de­vait être ren­for­cée. En outre, il a in­sis­té sur le prin­cipe que preuve était faite que la sanc­tua­ri­sa­tion de la na­ture n’as­su­rait pas sa pro­tec­tion. En re­vanche l’uti­li­sa­tion du­rable des res­sources na­tu­relles était ga­rante de leur conser­va­tion. En­fin, M. Lar­cher a at­ti­ré l’at­ten­tion sur l’am­pleur des mi­gra­tions hu­maines, et leurs consé­quences en termes de désordre po­li­tique et donc de pro­tec­tion de la na­ture. Au fi­nal, com­pa­rer le tra­fic fran­çais (li­mi­té) et le tra­fic in­ter­na­tio­nal (en forte hausse) ne tient pas. D’au­tant plus que ce der­nier est des plus ima­gi­na­tifs, et que la ré­gion concer­née cor­res­pond es­sen­tiel­le­ment à un axe Afrique-Asie. Aus­si le col­loque n’au­rait pas dû mê­ler les deux thèmes. Il n’em­pêche, le sou­hait du Saint Hu­bert Club de France de consti­tuer un club de ré­flexion ou think tank cy­né­gé­tique mé­ri­te­rait d’être en­cou­ra­gé, en­ri­chi. No­tons qu’il s’agit là du rare cercle qui tente de pen­ser glo­ba­le­ment la chasse. 113 ans après sa créa­tion, 111 ans après avoir été re­con­nu d’uti­li­té pu­blique, le Shcf contri­bue au dé­bat. La prise de conscience est né­ces­saire étant don­né que les me­naces pe­sant sur la faune sau­vage se mul­ti­plient ra­pi­de­ment. Il est à craindre que par ef­fet ri­co­chet et ef­fet de sim­pli­fi­ca­tion, ce­la au­ra des consé­quences sur le re­gard por­té sur la chasse. F.-X. A.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.