NOTRE AVIS De vous à nous

Connaissance de la Chasse - - Émotions Arctiques -

Zone de chasse : ****

La chasse hi­ver­nale dans les mon­tagnes la­pones offre sans doute l’une des plus belles am­biances de mon­tagnes en­nei­gées d’Eu­rope. Les im­menses zones de chasse sont to­ta­le­ment pré­ser­vées de l’homme. Sur les som­mets (entre 900 et 1500 mètres d’al­ti­tude), vous pour­rez ad­mi­rer des pa­no­ra­mas d’une vir­gi­ni­té rare, à perte de vue ! Ce luxe a un prix. La marche de­mande un pied sûr pour tous les types de sol (glace, neige, croûte, pou­dreuse et roches). Néan­moins, c’est da­van­tage dans le rythme de votre pro­gres­sion que se si­tue la dé­pense d’éner­gie que vous de­man­de­rez à votre or­ga­nisme. C’est un sé­jour in­con­tour­nable pour les pas­sion­nés de na­ture sau­vage en mon­tagne en­nei­gée.

Gi­bier & chasse : ****

Du­rant ce type de sé­jour, les chas­seurs ont, à loi­sir, la pos­si­bi­li­té de pré­le­ver des la­go­pèdes des roches ( ou des la­go­pèdes des saules ( Le quo­ta en vi­gueur de­meure jour­na­lier et est fixé à rai­son de 8 oi­seaux par chas­seur. Un chiffre bien plus que rai­son­nable en rai­son du temps qu’il faut pour at­teindre les sites des re­po­sées des oi­seaux. Néan­moins, pour les chas­seurs les plus mo­ti­vés ayant des bases en ski et en ran­don­née en mon­tagne, et pour­vus d’une bonne condi­tion phy­sique, cet ob­jec­tif est at­tei­gnable. Les chas­seurs les moins phy­siques, ou plus sim­ple­ment en quête d’une lo­gique de tro­phée (oi­seau à na­tu­ra­li­ser), pour­ront li­mi­ter le rythme de leur pro­gres­sion. Cette chasse de­meure phy­si­que­ment exi­geante. Les tirs sont pra­ti­qués avec une ca­ra­bine de ca­libre .22 Long Rifle mu­nie d’une lu­nette. La dis­tance de tir maxi­male se si­tue entre 50 et 60 mètres de dis­tance. Néan­moins, la taille de l’oi­seau (une tour­te­relle com­pacte) exige une vraie con­cen­tra­tion.

Guides & pis­teurs : ****

Les guides de chasse sont très po­ly­va­lents. Calmes mais très phy­siques, fins cui­si­niers et grands connais­seurs de la na­ture (di­plô­més de l’École de chasse de Suède). Ils s’adap­te­ront donc à tous les pro­fils de chas­seurs, des plus phy­siques aux plus calmes.

Sé­jour-type : ****

Sous un ciel clé­ment, la jour­née de chasse dé­bute vers 7h. L’équipe se rend (en mo­to­neige) sur une zone de chasse, qui se­ra dif­fé­rente chaque jour. L’as­cen­sion (à skis, en ra­quettes ou à pieds) puis la chasse s’étirent bien sou­vent toute la jour­née. Le dé­jeu­ner est pris sur les som­mets (in­ou­bliable). Re­tour au cha­let en fin de jour­née entre 17h et 19h. À l’évi­dence, les guides se calent sur les en­vies et le phy­sique du chas­seur. Mais ce sont sur­tout les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques très fluc­tuantes qui ryth­me­ront le sé­jour. Compte te­nu de cette in­cer­ti­tude, il est pré­fé­rable de pré­voir 5 jours de chasse pour ce­lui qui sou­haite se cou­vrir des meilleures ga­ran­ties, pour un sé­jour qui est gé­né­ra­le­ment pro­po­sé entre 3 et 5 jours de chasse. Au dé­part de Pa­ris, comp­ter deux vols + un trans­fert en voi­ture. Pa­ris-Stockholm (2h20) + Stockholm-Vil­hel­mi­na (1h30) + 2h de route en voi­ture. La meilleure pé­riode pour la chasse du la­go­pède en hi­ver est en fin de sai­son (entre le 1er et le 15 mars).

Vé­hi­cules & lo­gis­tique : ****

Les tra­jets vers les zones de chasses sont réa­li­sés en vé­hi­cules 4×4 et en mo­to­neige. Au­cune dé­faillance ou in­con­fort n’est à si­gna­ler. Les guides se chargent des pre­miers pré­pa­ra­tifs de taxi­der­mie des la­go­pèdes (dé­pouille­ment). Ils peuvent éga­le­ment vous pro­po­ser la na­tu­ra­li­sa­tion (en Suède) par le biais de taxi­der­mistes spé­cia­li­sés dans ces oi­seaux. Un choix qui nous ap­pa­raît as­sez ju­di­cieux compte te­nu de leur ex­pé­rience !

Hé­ber­ge­ment & pres­ta­tions hô­te­lières : ***

Les chas­seurs sont gé­né­ra­le­ment lo­gés dans des mai­sons de par­ti­cu­liers louées pour les be­soins du sé­jour. Une for­mule en hô­tel est éga­le­ment pos­sible. En Suède, ce sont bien sou­vent les guides qui vous pré­parent les re­pas. Un avan­tage in­dé­niable pour ceux qui sont tou­jours avides de ques­tions sur la chasse ou la faune. Leurs com­pé­tences cu­li­naires sont tout au­tant pro­fes­sion­nelles. Les re­pas (pe­tit dé­jeu­ner et dî­ner) sont co­pieux et soi­gneu­se­ment pré­pa­rés. Vous ap­pré­cie­rez leur viande fu­mée (té­tras, rennes et élan) et en fin de sé­jour le plat de ré­com­pense : du la­go­pède ! Suc­cu­lent.

Tou­risme : ***

La La­po­nie est en­tiè­re­ment tour­née vers les ac­ti­vi­tés na­ture qui battent tou­jours leur plein à chaque sai­son. En mars, l’am­pli­tude jour­na­lière est iden­tique à celle de l’Hexa­gone (6h30-18h30) et per­met donc de pro­fi­ter plei­ne­ment des jour­nées. Hor­mis la chasse, les voya­geurs au­ront la pos­si­bi­li­té de pra­ti­quer le ski de fond, de ran­don­née ou même l’hé­lis­ki (dé­pose en hé­li­co­ptère). La mo­to­neige est à la La­po­nie ce que la gon­dole est à Ve­nise ! Il est très fa­cile de vivre une ran­don­née ac­com­pa­gnée à bord d’un tel en­gin qui per­met de se fau­fi­ler presque par­tout. Mars est une ex­cel­lente pé­riode pour la pêche blanche (trou dans la glace). D’énormes bro­chets mais aus­si des truites fa­rio et sur­tout l’omble che­va­lier sont gé­né­ra­le­ment au me­nu des prises. En­fin, sé­jour­ner en mars en La­po­nie, c’est gar­der un bon es­poir de contem­pler une au­rore bo­réale !

Bon à sa­voir

Cô­té équi­pe­ment, il de­meure es­sen­tiel de bien pré­pa­rer son voyage. Sé­jour­ner en mon­tagne en­nei­gée ne par­donne pas cer­tains ou­blis. Le ca­mou­flage neige n’est pas obli­ga­toire, mais il peut être utile. Le choix de grosses chaus­sures (avec un bon cram­pon­nage de se­melle) est im­por­tant. Lu­nettes de so­leil et crème so­laire sont fon­da­men­tales, tout comme des vê­te­ments im­per­méables et res­pi­rants. Les tem­pé­ra­tures, ain­si que la mé­téo­ro­lo­gie, sont très va­riables (entre 7°C et -25°C la jour­née). Ce­pen­dant, le froid n’est pas à craindre pour une chasse qui exige des marches prolongées. Compte te­nu du ca­libre uti­li­sé (.22LR mu­ni d’une lu­nette), il n’est pas utile de ve­nir avec sa ca­ra­bine. Ce­pen­dant, veillez à vous fa­mi­lia­ri­ser avec l’arme avant de dé­bu­ter la chasse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.