Le fruit de la pas­sion

Connaissance de la Chasse - - Photos Choc -

son bec et ti­rait des­sus jus­qu’à le sé­pa­rer de sa queue. Res­tait alors à ava­ler. Mais l’opé­ra­tion n’était pas des plus simples. Le co­lom­bi­dé le fai­sait tour­ner adroi­te­ment dans tous les sens de fa­çon à trou­ver l’angle le plus pro­pice à son pas­sage. Les man­di­bules don­naient alors l’im­pres­sion de se désar­ti­cu­ler to­ta­le­ment et pro­vo­quaient des gri­maces as­sez co­casses. Si l’opé­ra­tion se ré­vé­lait im­pos­sible, le pi­geon lais­sait tom­ber la ce­rise et en dé­cro­chait une autre. Autre fait éton­nant, quand le fruit était go­bé, je pou­vais suivre, à tra­vers le plu­mage de la gorge, son par­cours dans l’oe­so­phage puis dans le ja­bot. Du­rant cette ses­sion, le ra­mier a in­gur­gi­té cinq drupes. Entre cha­cune, il a fait une pause d’en­vi­ron une mi­nute, comme pour ré­cu­pé­rer de l’ef­fort four­ni. » Nous pour­rons ajou­ter que le ré­gime ali­men­taire du pi­geon ra­mier est très éclec­tique. Les vé­gé­taux verts et se­mis ont sa fa­veur en fin d’hi­ver et au prin­temps, les graines prennent le re­lais en été, tan­dis que les faines, glands et baies forment la ma­jo­ri­té des me­nus en au­tomne. Quelques in­ver­té­brés s’ajoutent à la table lors de l’éle­vage des jeunes. Les ce­rises res­tent une pa­ren­thèse dans l’ali­men­ta­tion de l’oi­seau bleu. Phi­lippe Aille­ry, avec Ch­ris­tophe Mo­rio

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.