60 dé­par­te­ments vi­gi­lants

Connaissance de la Chasse - - Le Dessous Des Cartes -

Le re­cen­se­ment du loup en France ré­pond à la mise en place d’un pro­to­cole stan­dar­di­sé et ani­mé par le maillage de 3000 cor­res­pon­dants de ter­rain ré­par­tis sur 60 dé­par­te­ments. « Il s’agit ma­jo­ri­tai­re­ment d’agents de l’État (60 %), ex­plique Éric Mar­bou­tin (Oncfs). Le reste des cor­res­pon­dants de ter­rain est is­su du monde cy­né­gé­tique ou na­tu­ra­liste, ce sont des pas­sion­nés de na­ture sans af­fi­lia­tion, des éle­veurs… La ré­par­ti­tion de ce ré­seau n’est pas ho­mo­gène sur le ter­ri­toire puisque sa cons­ti­tu­tion ré­pond à l’ini­tia­tive de la pré­fec­ture. Cer­tains ré­seaux sont cons­ti­tués bien avant l’ar­ri­vée du loup, comme la Loire qui, bien que dé­pour­vue du grand ca­ni­dé, a for­mé un ré­seau de­puis 6-7 ans, quand d’autres at­tendent une confir­ma­tion cer­taine de pré­sence pour se consti­tuer. » En France, le mode d’es­ti­ma­tion des ef­fec­tifs re­pose sur­tout sur l’ana­lyse gé­né­tique d’échan­tillons dits bio­lo­giques (ex­cré­ments, urines, poils) et sur l’ap­pli­ca­tion de mo­dèles ma­thé­ma­tiques pour te­nir compte du risque de ne pas dé­tec­ter des loups alors qu’ils sont bien là. ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.