Ce que ne dit pas la baisse de 4 %

Connaissance de la Chasse - - Actus & Nouveautés -

Gé­rard Bédarida, pré­sident de l’Ancgg et ac­teur des né­go­cia­tions nationales, nous ex­plique pré­ci­sé­ment la baisse de 4 % des lo­ca­tions des lots de chasse en fo­rêt do­ma­niale entre 2015 et 2016 : « Cette di­mi­nu­tion n’est pas gé­né­rale. Elle est d’abord le ré­sul­tat de trois types de ré­ajus­te­ments par­ti­cu­liers : - la prise en compte de l’en­tre­tien des lignes par cer­tains lo­ca­taires en lieu et place de l’Onf s’est évi­dem­ment concré­ti­sée par une di­mi­nu­tion des prix ; - la va­lo­ri­sa­tion des lots sur la base d’un prix à l’hec­tare moyen a abou­ti à écrê­ter les prix ex­trêmes, ré­sul­tats de com­pé­ti­tions par­ti­cu­lières lors des pré­cé­dentes ad­ju­di­ca­tions ; - en­fin, la di­mi­nu­tion si­gni­fi­ca­tive de po­pu­la­tions de grand gi­bier consta­tée dans cer­taines fo­rêts a obli­gé l’of­fice à ré­ajus­ter à la baisse le prix à l’hec­tare sur ces mas­sifs. Par ailleurs, cette baisse est aus­si bien en­ten­du le ré­sul­tat d’une ap­pré­cia­tion à la baisse de la va­leur du mar­ché par l’Onf comme par les ad­ju­di­ca­taires ac­tuels sur cer­tains lots. » G. Bédarida note en­core que « dans cer­tains cas par­ti­cu­liers, l’Onf a pré­fé­ré re­ve­nir par­tiel­le­ment sur ses exi­gences de ré­duc­tion de po­pu­la­tion de san­gliers en contre­par­tie d’un main­tien du loyer ». Dans de tels cas, l’har­mo­nie af­fi­chée entre fo­res­tiers et agri­cul­teurs en li­sière des mas­sifs do­ma­niaux risque d’être mise à mal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.