Quand la tique est-elle ac­tive ?

Connaissance de la Chasse - - On En Parle -

Bien sou­vent, on as­so­cie les mor­sures de tiques à l’été. C’est une grosse er­reur d’ap­pré­cia­tion qui peut conduire bien des uti­li­sa­teurs de la na­ture à ra­bais­ser leur vi­gi­lance là où ils en au­raient le plus be­soin. « En France, on peut si­tuer la pé­riode d’ac­ti­vi­té maxi­male de la tique entre le dé­but du prin­temps et la fin de l’au­tomne, ex­plique le pro­fes­seur Ma­tu­sch­ka. Les pé­riodes plus chaudes et sèches au­ront un ef­fet né­ga­tif sur Ixodes ri­ci­nus, qui est notre tique in­di­gène la plus ré­pan­due. Là où la tique est pré­sente dans l’es­pace mé­di­ter­ra­néen, la prin­ci­pale pé­riode d’ac­ti­vi­té est li­mi­tée à la sai­son froide et hu­mide. On peut ain­si consta­ter chez nous que, dans le cas d’un hi­ver doux, le mo­dèle d’ac­ti­vi­té est dé­ca­lé et que les tiques sont ac­tives plus tôt dans la sai­son. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.