Hon­neurs à… l’évo­lu­tion de la loi sur le pié­geage

Connaissance de la Chasse - - Actus & Nouveautés -

Alors que les pié­geurs sont, de­puis nombre d’an­nées, sou­mis à une ré­gle­men­ta­tion de plus en plus dra­co­nienne, un ar­rê­té mi­nis­té­riel du 18 juin 2016 as­sou­plit quelque peu les contraintes ad­mi­nis­tra­tives et tech­niques. Ain­si, entre autre, la va­li­di­té de la dé­cla­ra­tion préa­lable de pié­geage passe d’un à trois ans, à comp­ter de la date du vi­sa du maire de la com­mune pié­gée. Cô­té ter­rain, la nou­velle loi in­tègre dé­sor­mais la pos­si­bi­li­té pour les pièges de ca­té­go­rie 1, 3 et 4 (boîtes/cages, col­lets à ar­rê­toir et pièges à la­cet) équi­pés d’un dis­po­si­tif de contrôle à dis­tance d’être re­le­vés dans les cinq heures sui­vant l’ac­ti­va­tion du piège si ce­lui-ci s’est dé­clen­ché après le le­ver du so­leil. Il faut ce­pen­dant que le­dit dis­po­si­tif puisse per­mettre d’en­re­gis­trer la date et l’heure de la cap­ture. En re­vanche, si les en­gins des ca­té­go­ries dé­jà ci­tées se dé­clenchent du­rant la nuit, la loi reste in­chan­gée et le pié­geur doit agir dans les deux heures qui suivent le le­ver du so­leil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.