« Plus de chiens à l’ap­proche ? »

Connaissance de la Chasse - - Actus & Nouveautés -

Fa­bri­cant d’armes de chasse de re­nom­mée in­ter­na­tio­nale et an­cien pré­sident de l’As­so­cia­tion des chas­seurs de grand gi­bier des Py­ré­néesO­rien­tales, Joël Dorléac nous fait part de sa stu­peur à la dé­cou­verte de l’ar­rê­té pré­fec­to­ral d’ou­ver­ture de la chasse pour la sai­son 2016-2017 dans son dé­par­te­ment. Ain­si, une clause nou­velle in­ter­dit dé­sor­mais aux ama­teurs d’ap­proche et d’af­fût au grand gi­bier d’être ac­com­pa­gnés de leur chien. Es­to­ma­qué, notre in­ter­lo­cu­teur a adres­sé à plu­sieurs ins­tances et ins­ti­tu­tions cy­né­gé­tiques concer­nées un cour­rier dont voi­ci quelques mor­ceaux choi­sis : « Je ne peux pas croire que sous un vain pré­texte on pré­fère aban­don­ner des ani­maux bles­sés sur le ter­rain plu­tôt que d’en­cou­ra­ger leur re­cherche. Ce­ci est d’au­tant plus cho­quant que dans le cadre d’un plan de chasse il est sou­hai­table que ce­lui­ci soit réa­li­sé dans les meilleures condi­tions. Ne m’op­po­sez pas le fal­la­cieux ar­gu­ment qui consiste à obli­ger le chas­seur à re­ve­nir cher­cher son chien “sé­cu­ri­sé” dans le vé­hi­cule ou at­ta­ché à un quel­conque point. Seul un in­di­vi­du qui n’a pas de chien est ca­pable de pa­reille ar­gu­tie et ce­lui qui connaît la chasse en mon­tagne com­pren­dra qu’il est dif­fi­cile de re­ve­nir dé­ta­cher son aide pour une vaine re­cherche lorsque l’on se trouve à cinq ou six heures de marche… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.