Des bi­zar­re­ries à ré­pé­ti­tion

Connaissance de la Chasse - - Courrier -

Abon­né de la pre­mière heure à votre re­vue, je vous avais adres­sé l’an pas­sé la pho­to d’un bro­card pré­le­vé dans la ré­gion vi­ni­cole du Layon, et dont le bois gauche était di­vi­sé en deux à sa base. Voi­ci quelques jours, sur ce même ter­ri­toire, j’ai eu la chance de pré­le­ver un spé­ci­men pré­sen­tant une ano­ma­lie si­mi­laire, mais cette fois-ci du cô­té droit. Or, lors de mes sor­ties, j’ai ob­ser­vé à plu­sieurs re­prises des ani­maux por­teurs de coif­fures aty­piques telles celles-ci. J’avoue être sur­pris par le nombre de têtes bi­zardes re­cen­sées sur ce ter­ri­toire, et suis par consé­quent à la re­cherche d’une ex­pli­ca­tion. » Clé­ment Ma­ze­rolles, Faye d’An­jou (Maine-et-Loire)

La forme aty­pique des bois de ces deux bro­cards est pu­re­ment d’ori­gine trau­ma­tique. N’y voyez donc là au­cune ano­ma­lie gé­né­tique do­mi­nante spé­ci­fique à une zone. Dans les deux cas cette bi­zar­re­rie est due à une frac­ture sous ve­lours sur­ve­nue lors d’un choc ou d’un com­bat. On peut tou­te­fois en ef­fet s’in­ter­ro­ger sur la den­si­té, vi­si­ble­ment im­por­tante, de tels ani­maux sur ce ter­ri­toire. Pour­quoi ne pas avan­cer la spé­ci­fi­ci­té vi­ti­cole de la ré­gion, et ima­gi­ner que les bro­cards s’ac­crochent les bois dans les fils de fer des­ti­nés au pa­lis­sage de la vigne. Mais, bien en­ten­du, ce n’est là qu’une hy­po­thèse…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.